Négociations sur la Crise de la commune de Selibaby

GuidimakhaLes négociations entamées par le Mouvement des Jeunes du Guidimakha (MJG) depuis le 01 Avril 2015, entre le groupe du maire et les conseillers frondeurs de l’UPR (Union pour la République) ne permettent pas de voir le bout du tunnel. Les 10 conseillers de l’UPR se déchirent et les 9 conseillers de l’APP (Alliance Populaire Progressiste) en profitent. L’APP critique l’action et empêche la majorité de s’installer.
A nos jours, les résultats de la négociation montrent que la commune de Selibaby est ceinturée par deux feux, notamment l’opposition qui profite de la pression en mettant les conseillers de la majorité (UPR) devant leurs responsabilités et les frondeurs de l’UPR qui restent intraitables sur les questions de la transparence, du respect de la gestion des fonds et des querelles de personnes.
Si le miracle ne se produit pas avec les négociations en perspective, le mouvement des jeunes du Guidimakha qui fait actuellement la médiation est convaincu que la situation n’est pas bonne. La Mairie étant un service public au profit des populations, il est intolérable que des problèmes entre conseillers se répercutent sur son bon fonctionnement. Et quand on parle de la commune, il faut mettre au cœur la population. Cette dernière est au centre de tout. Si le conflit entre conseillers perdure, la principale victime ce n’est pas l’UPR ou l’APP, c’est le pauvre citoyen. Cela, pour comprendre que celui qui perd dans tout ça, c’est l’institution communale en construction. Sur la base objective de l’évaluation de la fronde, il faut mettre tout le monde devant ses responsabilités, aussi bien l’Etat que les politiciens. La population ignore exactement la position de l’Etat devant cette sombre situation de la commune.
Dans le plan B des négociations qui reste encore non dévoilé, les médiateurs pourront d’avantage élargir leurs actions tout en énumérant les propos de chacun des 5 frondeurs de l’UPR comme preuves à l’appui.
Les élus doivent à leur niveau prendre conscience de la situation de pénurie d’eau que vie actuellement la commune. Femmes, hommes et enfants, du matin au soir armés de bidons jaunes sont à la corvée d’eau à travers toute la ville. D’ailleurs c’est le vécu quotidien de la population.

Par ailleurs, dans les rues, au marché, autour du thé, le pauvre citoyen de la commune inconscient de la situation qui freine l’avancée de la commune, sait que le maire est en désaccord avec ses conseillers. Cela devient une chanson amusante à son égard et qui par la suite deviendra une bombe à retardement. Quelle ignorance! Quel malheur ! Quelle tristesse !

Au cours de la visite annoncée du président de la République, son Excellence Mohamed Ould Abdel Aziz dans la Wilaya, des audiences ne tarderont pas à se multiplier à ce propos pour une éventuelle sortie de crise. Ainsi, Les jeunes médiateurs tendent leurs mains à n’importe quel groupe de personnes, de notables ou autres mouvements afin de conjuguer leurs efforts pour une sortie de crise.
A la sortie de ces premières négociations, le Maire de la commune a promis de tourner la page. C’est-à-dire convoquer un nouveau conseil dont l’objectif est de mettre à terme la tension communale. En l’occurrence, le mouvement est optimiste, car le prochain conseil pourrait enfin traiter les divergences qui existent entre le maire et ses conseillers et que par la suite la gestion communale reviendrait à l’ensemble des conseillers.
« Nul n’est méchant volontairement , mais par ignorance» disait Socrate.
Le plan B des négociations
Malgré, l’échec des premières négociations, nous n’entendons pas baisser les bras. Surtout voir la situation pourrir. Nous réfléchissons secrètement sur un plan B pour sauver la commune. Nous nous sommes dit qu’il ne faut pas baisser la garde. Dans ces difficultés actuelles de négociations nous prenons notre mal en patience et reprenons le bâton de pèlerin pour continuer à dialoguer avec les 3 parties (groupe du maire, les frondeurs de l’UPR et les conseillers de l’APP). Nous n’allons pas lâcher la proie pour l’ombre. Nous allons continuer à faire les démarches qui sont à notre portée. L’espoir est permis.
Mouvement des Jeunes du Guidimakha
SG du mouvement

Source: abdoulaye kelly

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge