Nelson Mandela est dans un état « grave » mais « stable », selon la présidence sud-africaine

Hospitalisé depuis la nuit du 7 au 8 juin pour une rechute de sa pneumonie, Nelson Mandela est dans un état « grave » et « inchangé », a communiqué, mandelalundi 10 juin, la présidence sud-africaine. Une situation qui ne cesse d’inquiéter les Sud-Africains. C’est en effet tout un pays qui retient son souffle devant le silence des proches de l’ancien président et le peu d’informations sur son état de santé.

« L’état de santé de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, hospitalisé samedi 8 janvier au matin pour une infection pulmonaire, est inchangé », a indiqué lundi la présidence, qui l’avait auparavant qualifié de grave. « L’ancien président est toujours hospitalisé et son état est stable », a-t-elle ajouté dans un très bref communiqué après quarante-huit heures de silence.

Un mutisme qui a accentué l’inquiétude des Sud-Africains, depuis l’annonce de l’hospitalisation de Nelson Mandela, dans la nuit de vendredi à samedi 8 juin, date du dernier bulletin de santé décrivant l’ancien président dans état « préoccupant » après une rechute de sa pneumonie. Le silence des autorités et même – ce qui est beaucoup plus inhabituel – du petit-fils de Madiba, chef du clan Mandla Mandela à Qunu, village natal du héros de la lutte anti-apartheid, inquiètent la population qui retient son souffle et prie pour le rétablissement de son idole.

Des fidèles en prière pour Mandela, le 9 juin, à Soweto (Johannesburg).
© Alexander Joe/AFP

Mais cette ferveur n’exclut pas un certain fatalisme, beaucoup de Sud-Africains souhaitant que le prix Nobel de la Paix 1993 puisse finir sa vie « dans la dignité ». « Il est temps de le laisser partir », titrait ainsi en une le grand journal Sunday Times au-dessus d’une photo d’archives d’un Mandela souriant et saluant de la main, comme pour un au revoir.

Les autorités n’ont pas levé le voile sur le nom de l’hôpital où Mandela a été hospitalisé, pas plus que lors de ses précédentes hospitalisations. Des dizaines de journalistes campaient cependant devant un hôpital spécialisé de Pretoria où Nelson Mandela aurait été admis. Deux de ses filles et plusieurs de ses petits-enfants y ont été vus dimanche. Son ex-femme Winnie Madikizela-Mandela est venue lundi après-midi.

« J’ai vu mon père et il va bien. C’est un combattant », a affirmé au journal britannique The Guardian la fille de l’ancien président, Zindzi, seule membre de la famille à s’être exprimée. « Il y a des restrictions médicales et (…) ils (les médecins) aimeraient limiter le flux de visiteurs » pour éviter les risques d’infections, a expliqué le porte-parole de la présidence Mac Maharaj. « Le président (Jacob Zuma) a l’intention de lui rendre visite, mais il veut d’abord laisser à l’équipe médicale toute latitude pour s’occuper de lui et aussi laisser la priorité à ses proches ».

« Que Dieu puisse faire à sa façon »

« Sa famille doit le laisser maintenant, de façon à ce que Dieu puisse faire à sa façon », disait dans le Sunday Time de dimanche Andrew Mlangeni, un ami de longue date de Mandela, résumant une opinion assez largement exprimée, sur les réseaux sociaux notamment. « Ils doivent le libérer, spirituellement, et s’en remettre à leur foi en Dieu (…) Nous dirons merci, Dieu, de nous avoir donné cet homme, et nous le laisserons partir », poursuivait-il.

Des messages déposés devant le domicile de Mandela, le 9 juin 2013, à Johannesburg.
© Alexander Joe/AFP

Sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter, les appels à laisser Mandela finir sa vie paisiblement se sont également multipliés. « Faut-il prier pour que Tata Madiba aille bien ou pour que Dieu le délivre de ses souffrances? Je crois qu’il est temps que nous le laissions partir », écrivait @_Porchez. « Il est temps pour nous de le laisser s’en aller calmement, paisiblement, avec élégance. Il mérite de partir dans la dignité », ajoutait @Merryl4d.

De son côté, l’archevêque anglican sud-africain et prix Nobel de la Paix Desmond Tutu a fait savoir lundi qu’il priait pour Nelson Mandela. « Alors que le père bien-aimé de notre Nation uTata (père) Nelson Mandela subit une fois encore les ravages du temps à l’hôpital, nos prières sont pour son confort et sa dignité », a-t-il déclaré dans un communiqué.

(Avec AFP)

Source : JA

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind