Nigeria – Un groupe islamiste dit avoir enlevé l’ingénieur français de Vergnet

Le groupe Ansaru menace la France d’autres attaques sur ses ressortissants, en particulier en Afrique noire.

 

 

Le groupe islamiste Ansaru a revendiqué, dimanche, l’enlèvement d’un ingénieur français employé par la société d’éoliennes Vergnet au nord du Nigeria, en justifiant notamment ce rapt par le rôle de la France dans la préparation d’une intervention militaire au Mali. Le groupe Ansaru, qui serait lié aux islamistes de Boko Haram, menace la France d’autres attaques sur ses ressortissants, en particulier en Afrique noire, dans le communiqué où il revendique le kidnapping.

Ansaru « annonce au monde, et surtout au gouvernement français, être responsable de l’enlèvement de l’ingénieur Francis Colump […], 63 ans, qui travaille pour l’entreprise française Vergnet », peut-on lire dans le texte envoyé à la presse. Francis Colump avait été enlevé mercredi soir par un groupe d’une trentaine d’hommes armés qui avaient attaqué la résidence de l’entreprise où il logeait, dans l’État de Katsina.

« La raison de cet enlèvement est la position du gouvernement français et des Français vis-à-vis de l’islam et des musulmans », affirme le groupe Ansaru, évoquant en particulier « le rôle majeur de la France dans l’attaque [en préparation, NDLR] contre l’État islamique dans le nord du Mali ». Les islamistes citent également la loi interdisant depuis 2011 la dissimulation du visage dans l’espace public en France, et donc le port du voile islamique intégral par les femmes musulmanes, qui porte, selon eux, « atteinte aux droits religieux ». « Nous informons le gouvernement français que ce groupe va continuer à lancer des attaques sur le gouvernement français et les citoyens français […], en particulier en Afrique noire, tant qu’il ne changera pas sa position sur ces deux sujets. »
Une intervention « au premier semestre » (Le Drian)

Ansaru aurait des liens avec Boko Haram, un groupe islamiste tenu responsable de la mort de centaines de personnes dans le nord du Nigeria depuis 2009. Dans un premier temps, vendredi, le président français François Hollande avait estimé que les ravisseurs de l’ingénieur français au Nigeria étaient « sans doute en lien avec Aqmi [al-Qaida au Maghreb islamique] ou les groupes qui sont aujourd’hui au Mali ». « Je ne peux pas accepter qu’il y ait des menaces permanentes sur nos ressortissants », avait affirmé François Hollande, ajoutant : « Nous devons être fermes par rapport au terrorisme tout en maintenant les contacts pour faire libérer » les ressortissants français.

Paris a été à l’initiative d’une résolution, adoptée jeudi par le Conseil de sécurité de l’ONU, autorisant le déploiement d’une force internationale au Mali, pour chasser les islamistes armés qui occupent le nord du pays. Dans un entretien à paraître lundi dans le quotidien français La Croix, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian estime que l’intervention militaire africaine « pourra avoir lieu au premier semestre de l’année prochaine » et réaffirme que « la France et les États-Unis » apporteront à la coalition africaine un soutien dans le domaine de la logistique, de l’observation, du renseignement et de la formation.

Interrogé sur la situation des otages français au Sahel, Jean-Yves Le Drian affirme : « Nous nous occupons de très près des otages et faisons tout notre possible pour obtenir leur libération. Mais cela ne nous empêche pas de considérer que l’enjeu de l’intégrité du Mali est essentiel pour la sécurité de ce pays, comme pour celle de la France et de l’Europe. »

Francis Colump est le neuvième Français à avoir été kidnappé en Afrique. Sept d’entre eux sont détenus par des islamistes au Sahel et un autre en Somalie. Vergnet, spécialisé dans les énergies renouvelables, a confirmé l’enlèvement d’un de ses employés. Selon les informations figurant sur son site internet, la société travaille sur un projet de ferme éolienne à Katsina.

 

Lepoint

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind