Nord du Mali : Ils mélangent les pédales,

Les négociations entre les séparatistes et les islamistes se sont même interrompues le mardi 29 mai, trois jours seulement après un protocole d’accord signé dans la douleur. Au MNLA , des voix s’élèvent désormais à Gao pour refuser cet accord avec Ansar Dine. Un accord incompatible avec les valeurs et l’identité profonde de la région, affirment ces militants et cadres touaregs. Si à l’avenir l’Union africaine et l’ONU envisageaient d’engager une opération militaire au nord du Mali, rien ne dit que le pouvoir algérien accepterait d’y participer.Pour l’heure, le gouvernement algérien estime que la résolution de la crise malienne passe d’abord par la restauration d’un pouvoir stable à Bamako. Préalable aux yeux des Algériens, pour trouver une solution politique à la question du Nord. Mais cela suffira t-il?

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind