Nouakchott: Le « G5 Sahel » cherche une enveloppe de 15 milliards de dollars pour ses priorités sur 3 ans

a g5 sahelTAWARY:Cinq pays africains formant le « Groupe des Cinq du Sahel (G5 Sahel) », réunis en sommet vendredi à Nouakchott, ont évalué à 15 milliards de dollars (près de 12,2 milliards d’euros) les besoins de financement pour leurs projets prioritaires pour trois ans, jusqu’à 2017.

Le sommet des dirigeants du G5 Sahel, comprenant la Mauritanie, le Niger, le Mali , le Burkina Faso et le Tchad, « a retenu et adopté un programme d’investissement prioritaire pour la période 2015-2017, d’un montant de 15 milliards de dollars », a déclaré le chef de l’Etat mauritanien et président de l’UA, Mohamed Ould Abdel Aziz, également président en exercice du G5 Sahel, à l’issue de la rencontre.

Aucun détail n’a été fourni sur les projets concernés par ces financements. Mais dans la foulée, le président Aziz a évoqué plusieurs secteurs, dont les infrastructures, la santé et la sécurité.

« Nos pays manquent de moyens pour assurer leur propre sécurité. Nous avons bon espoir de trouver le financement de ces moyens auprès de nos partenaires« , a-t-il dit.

Plusieurs institutions financières internationales, africaines et arabes ainsi que des partenaires comme l’Union européenne et l’ONU « ont exprimé leur ferme volonté à accompagner le G5 Sahel dans son financement », indique le communiqué final du sommet, sans plus de détails.

Lors du sommet, les dirigeants des cinq pays ont signé la convention formalisant l’existence juridique du G5 Sahel, créé en février.

Le haut fonctionnaire nigérien Najim El Hadj Mohamed, socio-économiste, a été nommé secrétaire permanent de l’organisation, qui a son siège à Nouakchott.

Lors du sommet, les présidents du G5 Sahel ont appelé à une intervention internationale « pour neutraliser les groupes armés » en Libye, où le chaos favorise la création de sanctuaires jihadistes qui minent les efforts de stabilisation dans leurs pays.

Il doit s’agir d’une « force internationale » mise en place par l’ONU « en accord avec l’Union africaine (UA) », selon le communiqué final.

Le sommet a, par ailleurs, demandé de renforcer les capacités de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma), déployée dans ce pays, un des plus touchés entre 2012 et 2013 par les activités des groupes liés à Al-Qaïda.

Des jihadistes ont contrôlé pendant plusieurs mois le nord malien, avant d’en être en partie chassés par une intervention internationale en cours depuis janvier 2013, avec les forces françaises et tchadiennes en première ligne.

Les dirigeants du G5 Sahel ont convenu de se retrouver début 2015 à N’Djamena, pour un sommet ordinaire, à une date non encore arrêtée.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge