Nouakchott, ville dangereuse pour les femmes : Cinquante cas de viol entre janvier et mars 2015

viol des femmesNouakchott est devenu une ville dangereuse pour les femmes. Alors que les ONG de défense des droits de l’homme ne cessent d’interpeller les autorités publiques sur la recrudescence du viol en exigeant une législation plus coercitive, les victimes continuent de peupler les couloirs des hôpitaux et les allées des centres d’accueil pour victimes d’agressions sexuelles.

Dans un récent décompte macabre, le Centre El Wafa de conseil et de prise en charge des victimes de violences sexuelles, déclarent qu’entre janvier et mars 2015, cinquante cas de viol sur des enfants et des garçons ont été enregistrés. A total, ce sont 42 filles, 3 garçons et 5 femmes qui ont subi ce genre d’agression. Une hausse considérable comparé à la même période en 2014 où 31 cas ont été recensés dans ce centre El Wafa relevant de l’ONG AMSME.

Dans ce registre, il est question de 15 viols individuels, de 9 viols collectifs, de 5 viols avec grossesse, 17 tentatives de viol, 1 attouchement sexuel et 3 sodomies.
Les Moughataas les plus touchées par le fléau sont Riad avec 11 cas, El Mina 9 cas, Sebkha 8 cas, Arafat 6 cas et Dar Naïm 5 cas. Ainsi, ils seraient 66 agresseurs à s’être attaqués à 50 victimes. Le profil des agresseurs passe du père au beau-frère, le profeqasseur, les cousins, les taximen, les amis de la famille, les boutiquiers, les camarades de classe, sans compter 26 délinquants et 8 restés inconnus.
Parmi les agresseurs, 21 seraient en prison, 3 auraient été sauvés par abandon de poursuite par les plaintes, 9 agresseurs encore non retrouvés et 2 placés sous contrôle judiciaire, 9 arrangements ou retraits de plainte, 6 dossiers en instruction devant la police.

Ahmed B.

Source: Lauthentic

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge