Nouvelle Lettre Ouverte : Au Président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz

Mohamed

 Le Collectif des Contractuels de l’Enseignement Secondaire, Âgés de plus de 40 ans, CCESA, constate que jusqu’ici, le Ministère de l’Education, s’entête à ne rien faire pour les contractuels, même la modique somme forfaitaire de 67500 um qu’on leur jette mensuellement en contrepartie de leur surexploitation ne leur a pas été payée depuis novembre 2014!
D’ailleurs le Ministre qui multiplie les déclarations pour ne rien dire, évite maladroitement de prononcer le terme « contractuels », histoire de nier les pratiques de ce nouvel esclavagisme, histoire aussi, d’avouer solennellement que l’année 2015 n’est pas celle de l’enseignement.
A ce titre le CCESA, et avant de passer avec l’appui des hommes libres dans ce pays, à l’action militante, qui brisera in cha’Allah les chaînes de la servitude, réitère ses deux doléances légitimes : De deux choses, l’une ou l’autre.
Ou, le Ministère titularise tous les contractuels de plus de deux ans d’expérience, quitte à amputer plus tard le nombre d’années en surplus de la durée totale des prestations de retraite de ceux, parmi eux, qui ont dépassé la quarantaine.
Le Ministère, plus que quiconque, sait très bien, qu’il est difficile, voire quasiment impossible, de trouver des professeurs scientifiques expérimentés et compétents, a fortiori francophones, en deçà de la cinquantaine, alors pourquoi ne pas tenir compte de cette réalité têtue, comme circonstance atténuante à la loi de 40 ans !
Après tout, la loi de la fonction publique, n’est ni du saint Coran, ni du saint Hadith, ce n’est qu’une simple loi humaine, qui, par essence, est imparfaite, et, celle-là plus que toutes les autres lois mauritaniennes, elle est vraiment injuste.
Ou, alors, le MEN se conforme, une bonne fois pour toute, à la législation du travail en vigueur en RIM, qui interdit de faire des Contrats à Durée Déterminée CDD au-delà de 6 mois, alors que cette irrégularité perverse se maintient depuis plusieurs années, et régularise en conséquence, dés maintenant, la situation inadmissible des contractuels, surtout les plus âgés parmi eux, ceux, qui ne peuvent plus être titularisés, en leur proposant des Contrats à Durée Indéterminée CDI, leur garantissant les mêmes droits, que leurs collègues titulaires.
Une chose paraît désormais acquise, le nouvel esclavage dont nous sommes victimes, nous privant de tout droit, (pas de vacances payées, pas d’indemnité de craie, pas d’indemnité d’éloignement, pas d’indemnité d’hébergement, pas de frais médicaux remboursés, pas d’allocations familiales pour les enfants, pas de retraite,…), ne peut plus perdurer….
Nous continuons à le combattre légalement et à fustiger sa négation, tout comme l’indifférence à son égard, le statu quo n’est plus possible. Voilà pourquoi, Monsieur le Président de la République, nous sommes dans l’obligation, d’en appeler directement et ouvertement à Vous, après avoir épuisé toutes les voies possibles et attiré, à maintes reprises, le Ministère sur l’urgence et la précarité de notre situation.
Nous sollicitons votre Recours de Premier Magistrat pour qu’une mesure exceptionnelle réponde impérativement à notre interpellation, qui est tout aussi exceptionnelle.
L’exception de notre situation, l’exception du secteur de l’enseignement dans son ensemble, et l’exception du moment « année de l’enseignement » font que la loi « de 40 ans » doit être exceptionnellement amendée et améliorée pour l’Intérêt National Supérieur, dont vous êtes garant aujourd’hui, dans cette vie si-bas, et en êtes personnellement comptable, demain, devant Le-Tout-Puissant.

Source : ccesa40

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge