Nouvelles menaces du groupe de Belmokhtar

xfsmni8hLe groupe terroriste des « Mourabitounes » de Mokhtar Belmokthar a publié un nouveau communiqué menaçant les intérêts de la France et de ses alliés, en représailles à leurs opérations au Mali.

Les Mourabitounes accusent la France d’avoir « tout fait pour s’opposer à l’autorité islamique dans l’Azaouad » et ont averti qu’ils « ne resteront pas les bras croisés devant cette situation« , a indiqué l’agence ANI citant les terroristes, samedi 4 janvier.

Ce communiqué passe en revue l’activité de ces activistes en 2013 et rappellent les différentes prises en otages d’Occidentaux par El Moulethemoune et le MUJAO avant que ces deux mouvements ne fusionnent en août.

Il poursuit en déclarant : « La prise d’otages sur le complexe gazier de Tiguentourine a été effectuée en représailles à l’ouverture de l’espace algérien aux forces aériennes françaises afin qu’elles puissent bombarder l’Azaouad. »

« Ce communiqué est le premier rendu public par la nouvelle coalition créée en août dernier avec la fusion des deux mouvements jihadistes que sont ‘El Moulethemounes‘ de Laouaar et le MUJAO« , explique le spécialiste du terrorisme Sidati Ould Cheikh.

Il poursuit en expliquant que « cette organisation avait menacé à l’époque de prendre pour cible les intérêts de la France à travers le monde et appelé toutes les organisations islamiques à s’entraider pour contrecarrer les forces laïques ».

« Par ce communiqué, Laouaar, qui communique de plus en plus, veut rappeler qu’il est toujours là et qu’il faut compter avec lui« , ajoute Ould Cheikh.

« C’est donc une sortie médiatique comme les précédentes. Le 6 décembre 2012, Laouaar avait menacé de représailles tous les pays qui prendraient part à l’offensive attendue pour la libération de l’Azaouad, occupé alors par des organisations jihadistes depuis plusieurs mois« , précise-t-il.

La France prend ces menaces très au sérieux.

Le 31 décembre, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé lors d’une visite à Gao qu’il reviendrait au Mali le 20 janvier pour signer un nouvel accord de coopération en matière de Défense avec les autorités du pays. « Notre objectif commun de lutte contre le terrorisme sera inscrit dans cet accord. »

Le Drian a rencontré les soldats français et les troupes africaines participant à la mission des Nations unies au Mali (MINUSMA) à Gao avant de retourner à Bamako.

Sa visite est intervenue quelques jours seulement après le premier anniversaire, le 11 janvier, de l’intervention française destinée à déloger les islamistes armés qui contrôlaient le Nord-Mali et menaçaient de se diriger vers le sud, vers Bamako.

Ces groupes, liés à al-Qaida, sont encore présents dans la région et y ont récemment mené plusieurs attaques meurtrières. La plus récente a eu lieu mi-décembre à Kidal, à 300 kilomètres au nord de Gao, tuant deux soldats sénégalais de la MINUSMA.

Au printemps 2014, le contingent français au Mali devrait être réduit, passant de 2 500 soldats actuellement à environ un millier. Sur ce nombre, 650 poursuivront leurs opérations contre le « terrorisme » et les 350 autres seront répartis entre la mission européenne qui formera l’armée malienne (EUTM Mali) et la composante française de la MINUSMA.

« Nous resterons aux côtés de l’armée malienne et de la MINUSMA le temps qu’il faudra« , a déclaré Le Drian avant de quitter Gao. « Tous, forces armées maliennes, MINUSMA et Serval, nous nous préparons à évoluer vers une logique régionale. La menace de déstabilisation est partout. »

Par Bakari Gueye 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge