Novembre 1990 novembre 2015 :un quart de siècle d’impunité sur les 534 soldats noirs assassinés dans les casernes militaires en Mauritanie

martyrs_novembre_1990Le 28 novembre date de l’accession de notre pays à l’indépendance nationale n’a plus la même signification ni le même symbole pour tous les Mauritaniens.
Autrefois ou l’école était considérée comme le creuset de l’unité nationale malgré ces insuffisances ses manquements de l’époque, écoliers, fonctionnaires et populations se donnaient la peine et les efforts nécessaires pour les manifestations grandioses et enthousiasmantes liées à cette fête nationale ou un semblant de cohésion nationale se dessinait autour de la patrie.
Écoliers de toutes les couches sociales confondues, nous agitions dans les marches les petits drapeaux confectionnés pour la circonstance et participions avec joie et fierté à diverses activités culturelles, sportives à des courses de chameaux et de chevaux dans toute l’étendue du pays dans nos diversités ethniques et linguistiques.
Malheureusement la politique de purification ethnique engagée par le colonelSid’Ahmed Ould Taya depuis 1986 a vite tourné le pays vers le chaos et notre drapeau national et tous les symboles de l’état sont désormais souillés et n’ont plus le même sens pour tous. En septembre 1990 fut le début des purges ethniques dans l’armée, 534 soldats tous Noirs succombent sous les tortures dans les casernes militaires des régions militaires transformées à des camps de concentration et à des ateliers de torture semblables à Nuremberg .
A cette date fatidique et cauchemardesque du 28 Novembre 1990, une caserne militaire Inal s’est distinguée par la cruauté et l’ignominie de leurs actes, 28 militaires Noirs numérotés de 1 à 28 ont été pendus pour célébrer la fête nationale, le comble et le summum de la barbarie avaient atteint son paroxysme en terre d’Islam.
Dans tous les autres camps ; Azlat, Jreida, Aleg, les bases marines deNouakchott , Nouadhibou etc… les horreurs ont été commises et ceux qui ont échappé à la mort sont pratiquement tous handicapés à vie et certains ne sont plus de notre monde après leur sortie de ces camps mouroirs
Un quart de siècle après , l’impunité est de plus belle en Mauritanie, les commanditaires occupent toujours les hautes responsabilités au sein de l’armée et dans l’administration ,bénéficiant de la protection du pouvoir et de ses émoluments sans criante d’être poursuivis par la justice.
Les rescapés de ces camps de concentration doivent leur vie à la pression nationale et internationale et à l’adjudant-chef Cheikh Fal , envoyé en stage enFrance ou il sonna l’alerte par le biais de radio France internationale (RFI) Amnesty international et le journal libération sur le sort réservé aux détenus. Nous lui rendons aujourd’hui un grand hommage et nous reviendrons un jour sur cet homme hors pair.
L’Organisation contre les violations des Droits de l’Homme (OCVIDH) appelle tous ses militants et sympathisants à se joindre massivement à la manifestation du collectif des associations et partis politiques que nous organisons le 28 Novembre 2015 à Paris entre le Trocadéro et l’ambassade de Mauritanie pour dire non aux arbitraires et aux injustices en Mauritanie.
Non à l’esclavage et au racisme d’état en Mauritanie *
Non à l’impunité des crimes et pas de pardon sans coupables en Mauritanie.
Non aux violations quotidiennes des droits de l’homme en Mauritanie avec une pensée pieuse au camarade Biram Ould dah Ould Abeid arbitrairement emprisonné depuis novembre 2014 ,lui qui fut l’homme qui avait déverrouillé par sa combativité les voies vers Inal à ses risques et péril, subit injustement les foudres d’un pouvoir aux abois.
Justice pour les martyrs de Walata et des camarades officiers exécutés le 06 Décembre 1987 à l’aube à Jreida que nous ne pourrions pas oublièr à cette date anniversaire macabre du 28 Novembre.
Oui Nous ne pouvons pas oublier l’ensemble de nos martyrs , le 28 Novembre est pour nous autres, une date cauchemardesque de deuil , de recueillement et de douleurs profondes. Qu’Allah accorde son saint paradis à nos martyrs. Amen

Soyons nombreux le 28 novembre 2015 à 14 h au Trocadero

le bureau exécutif de l’OCVIDH

Porte-parole Mr Ba Oumar dIT Bassoum

. site www.ocvidh.org

Mail ocvidh001@anadoo.fr

Source : .boolumbal.org

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge