Occident : La situation en Syrie reste toujours comme un débat contradictoire

Le chef de l’État français, qui rencontrait son homologue russe pour la première fois, n’a pas réussi à le faire bouger d’un iota, ni sur la question des sanctions contre le régime syrien, ni sur celle d’un départ de Bachar el-Assad. François Hollande et Vladimir Poutine ont campé vendredi sur leurs positions à propos de la Syrie, défendant chacun des solutions opposées pour mettre fin au bain de sang qui mobilise la communauté internationale. Pékin et Moscou ont opposé à deux reprises leur veto à des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à des actions plus fermes contre Damas. Les Occidentaux ne semblent pas prêts à pousser Vladimir Poutine dans ses derniers retranchements, comme l’a montré Angela Merkel après sa rencontre avec le président russe. Quant au secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a, lui aussi indiqué jeudi que l’armée américaine était prête à toute initiative jugée nécessaire en Syrie, mais Washington continue à privilégier l’approche diplomatique pour chasser el-Assad.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind