ONU-CONSEIL DE SECURITE : Des islamistes d’Arsan Dine ont tenu des réunions aux frontières Sénégalo-maliennes (Rapport)

Par lettre datée du 22 juin 2012 adressée au Président du Conseil de sécurité (S/2012/479), le Secrétaire général a annoncé qu’il avait nommé des membres du Groupe d’experts sur la Côte d’Ivoire les cinq personnes dont les noms suivent, à savoir : Raymond Debelle (Belgique, armes), Eugène Rutabingwa Fatakanwa (Rwanda, douanes/transports), Simon Gilbert (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, diamants), Joël Salek (Colombie, finances) et Manuel Vazquez-Boidard (Espagne, affaires régionales), ce dernier étant désigné coordonnateur du Groupe d’experts.

Dans leurs investigations, le groupe des experts a découvert « qu’il s’est tenu, à la fin du mois de juin 2012, dans un camp militaire de Bamako, entre responsables de l’organisation (le lieutenant Diby, dit « Sandoka », et M. Fofana) et des membres de la junte malienne (le capitaine Sanogo, le colonel Issouf, l’adjudant-chef Soiba Diarra, l’adjudant-chef Samba Sangaré et l’adjudant Amara), une réunion au cours de laquelle les membres de la junte malienne se sont déclarés prêts à soutenir des opérations de déstabilisation pour saper les efforts de la CEDEAO et son président en exercice, le Président ivoirien, Alassane Ouattara, en faveur de la paix et de la sécurité dans la sous-région ».

Le Groupe a, par ailleurs, appris qu’il s’était tenu, à la frontière de la Mauritanie et du Sénégal, entre un responsable de l’organisation en question (le lieutenant Diby ou M. Fofana) et un responsable d’Ansar Dine (groupe de rebelles opérant dans le nord du Mali), « une réunion qui a été l’occasion d’évoquer une éventuelle coopération en vue de remettre en cause la paix et la sécurité dans la sous-région et de se prêter mutuellement une assistance technique et militaire par l’envoi de mercenaires ». À cet égard, le Groupe détiendrait « la preuve qu’un membre de l’organisation pro-Gbagbo a échangé des messages courts évoquant précisément cette réunion ». Le Groupe d’experts a commencé ses travaux sur le terrain le 5 juillet 2012. Au cours de la période considérée, il s’est notamment entretenu avec des représentants d’États Membres, d’organisations internationales et régionales et du Gouvernement ivoirien en vue de recueillir tous les renseignements utiles aux fins de ses enquêtes. Outre les visites sur le terrain qu’ils ont effectuées dans toute la Côte d’Ivoire, les membres du Groupe se sont rendus en Belgique, en France, au Ghana, au Niger, aux Pays-Bas et au Togo.

 

Source:Seneweb

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind