Ould Abdel Aziz ne briguera pas un 2ème mandat mais bénéficiera d’un bonus de 16 mois

DIALOGUISTES

Enfin ! Le président Mohamed Abdel Aziz a accepté de laisser faire le dialogue national pour éviter au pays de verser dans l’abime de la déstructuration fatale. Ce n’est pas sous pression de l’Opposition, Opinion publique encore moins les chancelleries étrangères qu’il cède, mais tout simplement par orgueil personnel.

« Un émir ne mange pas seul » dit le dicton chez nous. Et Ould A.Aziz se voit mal, lui le guerrier du Sahel, l’empereur d’Afrique, faire cavalier seul, vers un trône qu’il domestique depuis bien longtemps au point d’en perdre gout si tant que cela entachera son honneur « Samouraique ».

Aussi, décida-t-il finalement de cautionner ce dialogue et s’en tenir à « toutes ses recommandations et conclusions ». Bravo ! !!! Il reste aux dialoguistes, crème intello-politico-culturelle du pays de creuser leurs méninges pour s’entendre sur l’essentiel : Une réconciliation nationale à la hauteur des aspirations du peuple.

L’intérêt suprême de la nation repose aujourd’hui sur les épaules de ces congressistes. Il ne s’agit pas en effet de discuter uniquement des modalités de l’élection présidentielle prévue dans 2 mois.

C’est l’occasion inespérée pour tout ce monde qui se retrouve pour la première fois autour d’une table, de passer en revue et décortiquer toutes les grandes questions nationales en suspens jusqu’ici : Démocratie véritable, alternance au pouvoir, Rôle de l’armée, Justice sociale (esclavage, passif humanitaire, égalité des chances, nomination aux postes, droits des travailleurs…) Répartition des richesses nationales etc ….

Ce dialogue prendra le temps nécessaire. Nos juristes sont si prompts et efficaces à adapter les lois aux exigences nationales. Dans ce cadre le mandat actuel du président de la République pourra être repoussé de, mettons… 16 mois. D’ici là, les dialoguistes auront trouvé les remèdes et soigné nos grands maux :

Tous les Mauritaniens se sentent chez eux et fiers de l’être ; L’éducation nationale corrigée ; La santé offerte ; La sécurité assurée ; Les parents des victimes de coup d’Etat et autres abjections ont pardonné ; L’armée est redevenue Républicaine ; Plus de Basep, applaudisseurs ni peshmergas…

En ce moment là , Ould A.Aziz, son gouvernement, ses amis auront compris galamment et patriotiquement qu’ils sont passés par le coiffeur de la République et que le tour suivant revient à d’autres…

Slama O.Ely Bouya

Source : Adrar-Info

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge