Pakistan: attentat meurtrier dans un hôpital revendiqué par les talibans

pakistanexplosionquettahopital_0Plus de 70 personnes ont été tuées et des dizaines ont été blessées ce lundi lorsqu’un kamikaze taliban a fait détonner sa charge explosive au milieu d’une foule en deuil devant un hôpital à Quetta, la capitale de la province instable du Baloutchistan dans le sud-ouest du Pakistan. Le groupe jihadiste Jamaat-ul-Ahrar, branche pakistanaise des talibans, a revendiqué l’attaque.

Le terroriste a déclenché sa bombe au moment où une cinquantaine de personnes, en majorité des avocats, rentraient dans le service des urgences pour accompagner la dépouille du bâtonnier du Balouchistan, assassiné ce lundi matin par des inconnus alors qu’il sortait de chez lui.

Le Premier ministre Nawaz Sharif, qui s’est rendu sur place, a condamné l’attentat. « Nous ne laisserons personne troubler dans cette province la paix qui y a été restaurée grâce aux nombreux sacrifices des forces de sécurité, de la police et du peuple », a-t-il indiqué selon un communiqué de son bureau. L’armée a été déployée dans les hôpitaux de Quetta.

« Le bilan a atteint 70 morts et 112 blessés », a indiqué à la presse le Dr Massoud Nausherwani, chef des services de Santé du Baloutchistan.

Revendication

L’attentat a été revendiqué par voie électronique par le groupe Jamaat-ul-Ahrar dissident des talibans Pakistanais. Ce groupe a pu par le passé revendiquer des attentats qu’il n’avait pas commis. « Le Tehreek-e-Taliban Pakistan Jamaat-ur-Ahrar (TTP-JA) revendique cet attentat et s’engage à continuer à mener ce genre d’attaque. Nous publierons bientôt une vidéo à ce sujet », a déclaré son porte-parole, Ehsanullah Ehsan, dans le communiqué.

Jamaat-ul-Ahrar a prêté allégeance à l’organisation Etat islamique, et c’est lui qui a revendiqué l’attentat de mars dernier dans un parc à Lahore, qui avait fait 70 morts, en majorité des femmes et des enfants. Le groupe terroriste a promis ce lundi de multiplier les attaques « jusqu’à l’instauration d’un système islamique au Pakistan ».

En 2010, dans la ville de Karachi dans le sud, un attentat avait déjà fait 13 morts en suivant le même mode opératoire : les proches de victimes d’une autre attaque venaient voir les blessés à l’hôpital lorsqu’une bombe avait explosé.

Le Balouchistan, frontalier de l’Iran et de l’Afghanistan, fait l’objet d’attentats ciblés depuis plus de dix ans. Cette province abrite une rébellion séparatiste, mais aussi des talibans, sans parler des violences entre sunnites et chiites.

Les avocats réagissent

« Nous venons de nous réunir à la Haute Cour de Lahore et nous avons décidé de manifester contre ce qui s’est passé à Quetta, et nous appelons à la grève des avocats, parce que ce genre d’incident n’avait jusqu’ici jamais visé des avocats. Et les avocats dans tout le Pakistan vont aussi manifester. Le gouvernement n’a donné absolument aucune protection à la communauté des avocats. Nous pensons qu’il s’agit d’une attaque planifiée, ce meurtre du président du barreau de Quetta et ensuite celui des avocats qui étaient venus le voir à l’hôpital. Le gouvernement doit comprendre que c’était planifié », a déclaré l’ancien président du barreau de Lahore.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge