Pakistan: disparition d’Hamid Gul, ancien chef des services secrets

PakistanL’ancien chef des puissants services de renseignement pakistanais, le général Hamid Gul, est décédé samedi soir des suites d’une hémorragie cérébrale, a annoncé sa famille. Ses obsèques ont lieu ce dimanche à Rawalpindi, dans la province du Pendjab. Vénéré par les nationalistes au Pakistan, détesté en Inde, Hamid Gul restera dans les mémoires comme une personnalité très controversée.

Hamid Gul a fait toute sa carrière dans l’armée, qu’il a rejoint dès l’âge de 18 ans. En 1965, il participe à la guerre contre l’Inde. Formé dans la prestigieuse institution militaire Staff College de Quetta, il gravit rapidement les échelons de la hierarchie militaire. Protégé du dictateur Zia ul-Haq, il dirige l’ISI, l’Inter-Intelligence Service, les puissants services de renseignement pakistanais de 1987 à 1989. Une période courte mais historiquement cruciale dans la région. C’est la fin de la guerre entre l’Afghanistan et l’Union soviétique et le début de l’insurrection contre la présence indienne dans le Cachemire.

A la retraite depuis 1992, mais toujours très influent dans les milieux sécuritaires, le général charismatique et controversé adore se faire inviter sur les plateaux de télévision. Dans ses discours enflammés, l’adepte des théories du complot prenait régulièrement pour cible les Etats-Unis et l’Inde, deux pays qu’il honnit.

Car l’ancien allié de la CIA est devenu au fil du temps le plus grand ennemi des Etats-Unis, celui qui encense après les attentats du 11-Septembre l’action d’Oussama Ben Laden. Le général Gul était aussi considéré comme le parrain des talibans. Le Pakistan avait entraîné les moudjahidines antisoviétiques dans les années 1980, puis appuyé au milieu des années 1990 les talibans du mollah Omar dans leur marche vers le pouvoir à Kaboul. Il ne cachait pas sa sympathie pour les chefs islamistes les plus radicaux et soutenait l’insurrection armée en Afghanistan et dans le Cachemire indien.

Honni en Inde

M. Gul est considéré comme l’un des principaux architectes de la propagation du terrorisme islamiste chez le frère ennemi indien, explique notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard. La presse indienne est unanime : l’ancien patron de l’ISI avait activement encouragé et financé les mouvement indépendantistes en Inde. Dans l’Etat occidental du Pendjab, mais surtout au Cachemire indien, région à majorité musulmane que le Pakistan continue de revendiquer.

Hamid Gul est le premier à avoir utilisé les moudjahidines étrangers de la guerre d’Afghanistan pour les envoyer combattre au Cachemire et était un ardent défenseur de la stratégie pakistanaise d’utiliser des groupes jihadistes contre l’Inde et même un pionnier en la matière.

A l’image de l’ISI, soupçonné d’avoir orchestré de nombreux attentats terroristes sur le territoire indien, Hamid Gul était considéré à juste titre comme un ennemi de l’Inde et ne s’en cachait d’ailleurs pas à travers ses nombreuses interventions médiatiques, dont la dernière remonte au 5 août dernier.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge