Paris: Le Président Aziz appelle à la sauvegarde du patrimoine de l’Humanité à Tombouctou


Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a rencontré mardi au siège de l’Unesco à Paris, la directrice générale de cette institution onusienne Mme Irina Bokova.
C’était le lieu d’aborder la situation du patrimoine de l’humanité en République du Mali, en particulier à Tombouctou, qui représente depuis l’ère des « Mourabitounes » au 11ème siècle (15ème de l’Hégire) un symbole pour la propagation de l’Islam en Afrique.

C’est ainsi que les Ulémas de Chinguity l’ont transformée en capitale culturelle aux confins du Sahara, épicentre des chercheurs et refuge des prédicateurs et des éditeurs en matière d’études arabo-islamiques, mais aussi des explorateurs du genre Ibn Batouta.
Dans cette cité, les musulmans ont construit les trois mosquées historiques Djingareyber, Sankorey et Sidi Yahya où plus 25000 étudiants acquéraient le savoir.
La rencontre s’est déroulée en présence du Dr. Mohamed issa Al Jabiri, fondateur et président du groupe MBI International, spécialisé dans l’action de bienfaisance mais aussi dans les secteurs de l’investissement, du foncier, de l’hôtellerie, de l’industrie alimentaire, du pétrole et du gaz, émissaire spécial de l’UNESCO pour la tolérance, la démocratie et la paix, qui a exprimé son appui aux efforts déployés par la Mauritanie et l’UNESCO pour préserver le patrimoine de l’humanité à Tombouctou.
Consacrée à l’examen de la situation de ces monuments historiques menacés, cette rencontre s’est déroulée en présence du chargé de mission à la Présidence de la République, M. Abderrahmane Cissako et de l’ambassadeur de Mauritanie à Paris, M. Mohamed Mahmoud Ould Brahim Khlil.
Dans son discours pour l’occasion, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé la communauté internationale à oeuvrer pour la sauvegarde du patrimoine commun de l’humanité au nord du Mali, réaffirmant la disponibilité de la Mauritanie à aider les frères maliens et son attachement à la sécurité de leur pays.
L’évènement a donné lieu à la signature par le Président de la République et la directrice générale de l’UNESCO, d’une déclaration conjointe qui exhorte les pays membres de l’organisation à empêcher le trafic illicite des articles et objets du patrimoine culturel de Tombouctou.

Voici le texte intégral de ce discours:

« Madame la Directrice Générale de l’Unesco,

Mesdames, Messieurs les ambassadeurs,

Mesdames, Messieurs,

Ma présence ici aujourd’hui à l’Unesco témoigne de mon attachement aux principes et valeurs de cette grande institution chargée par les Nations Unies de contribuer à promouvoir la paix dans le monde et à instaurer un dialogue de civilisations à travers l’éducation, les sciences et la culture. Le patrimoine scientifique est un héritage commun de l’humanité qu’il nous incombe de protéger ensemble contre les dangers qui le menacent. Comme vous le savez sans nul doute, le patrimoine culturel en Mauritanie est menacé depuis des décennies en raison de multiples facteurs dont certains sont liés à l’environnement, mais l’action destructrice de l’Homme demeure la plus significative. En dépit de cette situation, le patrimoine culturel mauritanien n’est pas actuellement la source de notre principale préoccupation parce que nous oeuvrons, ensemble avec l’Unesco, à sa préservation et à sa valorisation dans le cadre d’une coopération qui se renforce davantage, grâce à l’intérêt commun que nous accordons à ce patrimoine qui constitue une véritable richesse pour le peuple mauritanien. Dès lors, il n’est étonnant que notre principale préoccupation aujourd’hui soit motivée par les menaces qui pèsent sur le patrimoine culturel dans les zones du Nord Mali, en particulier à Tombouctou, cette cité érigée par l’Unesco en patrimoine universel et dont les mosquées, les manuscrits et les mausolées occupent une place prépondérante dans la mémoire collective des érudits et hommes de lettres qui ont éclairé une voie historique dont Ouadane, Chinguitti et Tichitt avec Tombouctou constituent les sources culturelles de son épanouissement. Ces citadelles sahariennes qui s’alimentent les unes des autres sont demeurées un espace de rencontre et de brassage dans lequel les érudits s’emploient à faire rayonner la culture et les sciences. Ces citadelles sont véritablement des pépinières d’hommes de savoir. Ces villes historiques sont aussi restées des centres de rayonnement culturel qui relient le Maghreb Arabe au Sahel. Elles recèlent des trésors dont la valeur culturelle est incommensurable et méritent en conséquence tout notre intérêt, en particulier celui de l’Unesco et de toutes les organisations qui s’intéressent à la préservation du patrimoine culturel.

Mesdames, Messieurs les ambassadeurs,

Comme vous pouvez vous en rendre compte, nous ne nous inquiétons pas sans raison. Un large pan du patrimoine culturel mondial est menacé. Notre devoir nous appelle maintenant en tant que citoyens et en tant que pays à faire face au danger qui menace aujourd’hui le patrimoine culturel à Tombouctou.
Nous savons parfaitement que tout effort de soutien à la ville de Tombouctou et de protection de son patrimoine culturel contribue par essence à la paix, c’est pourquoi nous souhaitons sincèrement que la crise qui prévaut au Nord Mali prenne fin, qu’elle soit réglée dans les meilleurs délais et que les évènements actuels n’affectent pas le patrimoine commun de l’humanité dans cette zone.
Comme j’ai eu à le dire à maintes occasions, la Mauritanie est disposée à aider la République soeur du Mali dans ces moments difficiles. Nous avons déjà reçu, environ, 100 mille réfugiés maliens qui ont fui la violence et nous n’épargnerons aucun effort pour que leur séjour parmi nous se passe dans les meilleures conditions.
Mesdames, Messieurs les ambassadeurs,
Mesdames, Messieurs,
Une partie du patrimoine culturel malien est menacé de disparition. Il a été malheureusement procédé à la destruction de mausolées et de mosquées à Tombouctou et il appartient à l’Unesco de l’inscrire sur la liste du patrimoine mondial menacé de disparition. A cette occasion, je souhaite exprimer mes sincères remerciements à l’Unesco et je tiens à faire un appel en faveur de la reconstruction du patrimoine qui a été détruit et de la réhabilitation et de la protection du patrimoine culturel en particulier à Tombouctou pour que le savoir continue à rayonner dans cette cité aux 333 saints.

Je vous remercie »

Source : AMI

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge