Participation à la présidentielle 2014 : Tawassoul sera-t-il aux abonnés absents ?

tawassoul_25_11_2013Le Rénovateur Quotidien – S’il y a un parti politique mauritanien opposant qui a un intérêt considérable à participer à la future présidentielle de juin 2014, c’est incontestablement le parti d’obédience islamiste Tawassoul.

Une formation qui a créé la surprise générale aux derniers scrutins législatifs et municipaux, non pas par sa décision d’aller à ces consultations qu’elle comptait boycotter, mais du fait qu’elle s’est spectaculairement hissée dans la hiérarchie politique, devenant du coup la seconde force politique du pays après l’UPR le parti au pouvoir.

Un capital politique considérable permettant à Tawassoul de siéger demain aux commandes de l’institution de l’opposition démocratique pour succéder au RFD, dont le dernier boycott aux élections législatives et municipales a été lourd de conséquences en termes de représentativité dans les instances constitutionnelles renouvelées ou à réelire.

Un gain politique immense que l’on dit menacé aujourd’hui d’éclatement suite à ces récentes déclarations faites par le leader du parti islamiste Mohamed Jemil Mansour selon lesquelles, la situation politique actuelle du pays ne favorise guère la participation à l’élection présidentielle de juin prochain.

Des précisions faites au lendemain d’une rencontre qu’il a tenue avec le Premier ministre Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf relative à cet agenda électoral de plus en plus inéluctable où la position de Tawassoul a été l’appel à l’organisation d’élections consensuelles fruit d’un dialogue mauritano-mauritanien sincère et engagé.

Concernant les présidentielles de juin prochain, les nouvelles réserves exprimées par Tawassoul ont été évoquées par son bureau politique, au terme d’une réunion organisée dimanche passé, où les leaders de ce parti se sont accordés sur les disparités énormes qui pourraient caractériser l’organisation de la future présidentielle de juin 2014 comparée aux élections législatives et municipales de novembre et décembre passés.

Selon le bureau politique du parti islamiste « les conclusions des assises du Forum pour la démocratie et l’unité qui appellent à un dialogue politique inclusif entre la COD et le pouvoir sont celles qui garantissent une élection transparente et juste ».

Une précision à laquelle il est difficile de se fier, surtout du côté des partis de la COD qui souffrent encore lourdement des dégâts politiques énormes subis suite à la décision improviste et unilatérale de Tawassoul de leur fausser compagnie et de participer aux élections législatives et municipales au terme desquelles il a réalisé un exploit politique inédit à capitaliser dans l’avenir avec 16 députés à l’Assemblée nationale et des dizaines de conseillers municipaux.

Ce scénario qui a bien fonctionné hier n’est-il pas en gestation, en cours de nouvelle expérimentation non avouée par Tawassoul pour rééditer son succès politique aux dernières législatives et municipales, en prônant explicitement le boycott tout en murissant la participation, pour que demain, devant le fait accompli, le parti islamiste soit l’unique alternative qui s’offre pour les opposants de tout bord déçus du vote passif.

C’est d’autant vrai que la vague des spoliés politiques et socioéconomiques étant très large, que la présidentielle pourra aboutir à un second tour où Tawassoul, pressenti challenger favori parmi tous les autres candidats, pourra bénéficier du soutien massif non seulement des nombreux opposants de Ould Abdel Aziz mais également des mécontents de son pouvoir qui se comptent par milliers dans tous les secteurs de la vie économique et sociale.

Md O Md Lemine

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge