Perspective 2019

 oumeir-candidature-biram-rimweb_net_

Encore une fois le monde politique de chez nous se laisse aller sans chercher à anticiper sur l’avenir. Le niveau du débat et ses objets restent les mêmes : dialogue inclusif sans toutefois préciser qu’est-ce qui peut en être l’objet. A entendre les plus radicaux, on croirait aisément qu’on en est encore à «exiger» le départ du Président Ould Abdel Aziz et de son pouvoir. Aucune leçon ne semble avoir été tirée de l’expérience des cinq dernières années. On ne semble pas non plus croire que les élections législatives et municipales de 2013 et la présidentielle de juin dernier constituent un tournant. Mais le plus grave est sans doute le refus de mettre en perspective l’échéance de 2019.

2019, c’est en principe la fin du deuxième mandat du Président Mohamed Ould Abdel Aziz. La Constitution a limité les mandats à deux. Le Président lui-même n’a pas attendu les derniers événements du Burkina Faso pour faire le serment de respecter les termes de la Loi fondamentale lors de sa prestation de serment en août dernier. Rien ne semble à présent pouvoir l’amener à remettre en cause ses engagements et tout indique au contraire qu’il quittera tranquillement le pouvoir après avoir accompli ce qu’il a pu. On jugera plus ou moins sereinement du bilan, mais une chose est évidente : la Mauritanie a changé dans le sens d’une nette évolution qui lui ouvre de belles perspectives d’avenir.

Le retour sur la scène internationale, le règlement du passif humanitaire, notamment de l’esclavage avec la mise en œuvre d’une feuille de route visant à l’éradiquer, la liberté d’expression qui devient un acquis irréversible, et surtout la stabilité et la sécurité dans un environnement fragilisé par les conflits de toutes sortes. Quoi qu’en disent ses détracteurs, Mohamed Ould Abdel Aziz n’est pas resté les bras croisés.

Sur la scène politique, quelques tournants s’annoncent. Avec la mise en place du nouveau Bureau de l’Institution de l’Opposition démocratique, une possibilité nouvelle apparait à travers le dialogue institutionnel parce que consacré par l’exigence légale d’échanges entre ce Bureau et le Président de la République. La première rencontre a eu lieu aujourd’hui. L’avenir à ce niveau dépend de la capacité de proposition des responsables du nouveau Bureau et de leur aptitude à restaurer un climat de confiance avec le premier responsable du pays.

Tawassoul qui dirige l’instance de l’Opposition sait pertinemment que l’avenir politique dépend de l’anticipation et donc de la préparation de l’échéance 2019. Ce qui explique en partie le boycott de la présidentielle, boycott qui s’apparente à une réserve (mise en réserve). L’intérêt pour le parti islamiste est bien d’occuper sa place et de jouer pleinement son rôle de chef de file de l’Opposition démocratique. Un leadership qui doit se gagner par l’expression de la compétence à proposer.

Là où l’avenir se dessine pour le parti islamiste, c’est justement la tombée en désuétude des leaders traditionnels de l’opposition qui seront atteints par la limite d’âge en 2019. A part Mohamed Ould Maouloud de l’Union des forces du progrès (UFP), tous les autres auront d’ici là dépassé l’âge légal pour se présenter à une élection. Un immense couloir est donc ouvert devant la mouvance islamiste en ces périodes de vaches maigres pour le personnel politique.

Ce ne sont pas les quelques figures emblématiques d’un passé honni qui feront ombrage à des forces nouvelles qui pourront se dessiner dans les années à venir. Ceux qui se proposent aujourd’hui et s’activent pour imposer leur leadership sur une scène politique en désarroi, n’arriveront pas à se recycler même si l’opération de leur blanchiment a été opérée sous la bénédiction de l’opposition traditionnelle. On a vu en effet comment les repus du régime d’avant 2005 et les disgraciés des périodes suivantes ont pu phagocyter les regroupements de l’opposition, de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) au Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU). Ce n’est certainement pas avec de l’ancien – surtout celui-là – qu’on peut tracer un avenir pour le pays.

L’avenir appartient à ceux qui auront compris que l’action politique a besoin de deux jambes pour marcher debout : la responsabilité et l’exemplarité.

L’exigence de responsabilité exclut tous les prophètes de malheur qui dépeignent continuellement de sombres présages pour le pays et qui sont donc incapables de véhiculer l’espérance en un futur viable.

L’exigence d’exemplarité exclut tous ceux qui, aux commandes et au service de différents pouvoirs, n’ont pas pu et/ou n’ont pas cherché à influer positivement sur les événements pour améliorer la gouvernance, pour promouvoir la citoyenneté et l’égalité, la justice et l’équité, la tolérance et l’humilité.

Publié par Mohamed Fall Oumeir

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge