Petite vadrouille en Mauritanie : des parlementaires français dans la gueule du loup…

Petite vadrouille en MauritanieSi on en croit les déclarations de  Cécile Untermaier, présidente du groupe d’amitié France-mauritanie, dans un canard du département dont elle est l’élue, le parlement mauritanien les aurait invités, elle et ses acolytes pour, tenez-vous bien, connaître le fonctionnement des institutions françaises !
Sommes-nous à l’époque du commandant Frèrejean ? La Mauritanie n’est-elle pas ce pays cofondé par la France et dont les institutions sont un copier-coller sans transition comme si les gaulois étaient passés du jour au lendemain de Vercingétorix à De Gaulle et sa 5 république ? 56 ans après l’indépendance, après près d’un siècle de rapports franco-mauritaniens du temps des émirats précaires à ceux des militaro-démocratesroublards, le parlement mauritanien aurait encore besoin d’unevisite de 5 jours de parlementaires français pour connaître le fonctionnement des institutions françaises  ?
Si franchement les parlementaires mauritaniens ne savent pas comment fonctionnent les institutions françaises alors c’est qu’ils ne savent pas non plus comment fonctionnent les institutions de la démocratie mauritanienne puisqu’ils’agit des mêmes.
Si c’est le libellé de l’invitation qu’a reçue Cécile Untermaier alors elle aurait dû s’inquiéter, se renseigner et découvrir probablement un traquenard car si les parlementaires mauritaniens n’ont trouvé que ce motif pour inviter,par les temps révisionnistes qui courent, une délégation française, c’est soit pour les ridiculiser soit pour une autre raison…
Pourquoi l’état mauritanien irait-il financer ce déplacement alors que tous le symboles célébrant la collaboration historique entre les deux pouvoirs pour construire la Mauritanie contre vents et marées ont été sabotés jusqu’à appeler un aéroport du nom d’un lieu de massacre franco-mauritanien ? Peut-être le plaisir d’accueillir des parlementaires français à l’aéroport Oumtounsi encore tout frais comme un cadavre encore tout chaud.
Le tout à quelques jours du passage à la machine à laver du repris de justice Mohamed Lemine Ould Dadde pour qu’il aillesécher à la présidence après manifestement un séjour à tort en prison…
Tout cela ne sent pas bon surtout que les services compétentsn’ont pas démenti une info reprise par les sites les plus lus à savoir que l’état mauritanien aurait déboursé 50 millions d’ouguiyas pour entretenir les 5 parlementaires français pour unséminaire informel sur le fonctionnement des institutions françaises au gré de discussions où du coq à l’âne, il serait aussi question de terrorisme, de COP 21 et de muraille verte sauf que la députée du pays des droits de l’homme n’a pas mentionné au canard français que les droits de l’homme seraient au menu de la vadrouille.
 
Il faut dire qu’à ce jour, l’actualité n’est pas avare en arrestations, en dénonciations d’actes de tortures présuméesmalgré le rapport de la Commission Nationale des Droits de l’Homme dont la présidente est une amatrice de peine de mort ce qui lui a valu l’ire d’associations des droits de l’homme qui ont réclamé son bannissement des tribunes du monde libre à propos d’un certain Ould Mkheitir qui attend toujours que la Cour Suprême veuille reconnaître son repentir après que la cour d’appel ait requalifié les faits.
Les mauritaniens qui s’y connaissent autant en calcul qu’en combine auront vite fait le calcul : 
 
cela fait 10 millions par parlementaire français soit 22.000 euros. Même en première classe le billet ne dépasse pas 2000 euros chacun, 5 jours soit 4 nuitées même à 300 euros la chambre d’unpalace introuvable à Nouakchott cela fait 1200 euros disons 2000, plus 200 euros de frais de bouche pour les meilleurs appétits dans les hôtels du tiers-monde où on n’en réclame pas tant par personne et par jour sans vin ni digestif, on en arrive autour de 5000 euros chacun traité royalement. Le mauritanien se demande alors où passent les 17 ou 18.000 euros par tête ce qui représente près de 15 ans de travail du smicard mauritanien par nature un as de l’arithmétique. Machallah…

Tout de suite, le mauritanien lambda qui reçoit l’info comme une crampe d’estomac se dit que le reliquat ne peut être qu’un per diem diplomatique. Voilà comment on ruine l’image de parlementaires français invités par le parlement mauritanien soi-disant pour connaître le fonctionnement des institutions françaises.

Ruiner l’image de la diplomatie française et celle de ses parlementaires en vadrouille comme unique but de cette invitation inattendue ? Peut-être mais par ici on fait toujours d’une pierre deux coups… Reste à savoir ce qui se trame…
Honnêteté sublime avant le départ, madame Cécile Untermaier a fait une déclaration explosive. Alors que le pouvoir mauritanien et le gouvernement français ont toujours nié l’existence «d’une base » française en Mauritanie, parlant de concert «  de coopération technique  »   l’ingénue parlementaire lâche à la presse française de chalon-sur-saône  « la France, qui dispose d’un détachement militaire opérationnel à Atar ». Bravo !

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge