Plaidoyer pour la prise en compte de la problématique des droits humains pour l’élection présidentielle

candidatspresidentielle14

A l’occasion des élections présidentielles 2014, des acteurs de la Société civile ont décidé d’entreprendre une action citoyenne. C’est ainsi que les représentants d’une vingtaine d’OSC se sont organisés en Groupe de Plaidoyer pour la prise en compte de la problématique des droits humains par les prétendants à la Magistrature Suprême de la République Islamique de Mauritanie.
En partenariat avec le Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme à Nouakchott, ce Groupe de Plaidoyer a adressé des lettres aux cinq candidats aux Présidentielles 2014 avec, en annexe, une Charte de bonne conduite à signer et un questionnaire à renseigner.
A ce jour, ces correspondances ont été réceptionnées par les Directoires de campagne des cinq candidats. Le Groupe de Plaidoyer espère recevoir le feedback des candidats avant le jour du scrutin; Il envisage organiser un point de presse au cours de la journée de jeudi 19 afin d’éclairer les media  et, à travers eux, l’opinion publique, sur tout le processus entamé depuis une dizaine de jours.

 

CHARTE DE BONNE CONDUITE DES CANDIDATS A L’ELECTION PRESIDENTIELLE  2014

Nous, Candidats à l’élection présidentielle de 2014 (1er et 2ème  tour, le cas échéant) nous nous engageons à respecter scrupuleusement les règles et principes énoncés ci-après :

1)- Comportements à adopter et à promouvoir :

  • Privilégier l’intérêt national par rapport aux intérêts particuliers, quel qu’en soit l’enjeu ;
  • Encourager et donner l’exemple de la tolérance, du respect de l’autre et de l’ouverture d’esprit ;
  • Contribuer à entretenir un dialogue permanent entre tous les acteurs pour réussir l’alternance politique et le bon déroulement des élections ;
  • Assurer les meilleures conditions pour le vivre-ensemble et la cohabitation communautaire par le renforcement de l’unité nationale, la consolidation de la cohésion sociale et l’éradication définitive de toutes les pratiques esclavagistes et assimilées.

2)- Engagement en faveur du respect des droits de l’Homme

  • Protéger les droits des couches les plus vulnérables, notamment les femmes, les enfants, les personnes âgées et les handicapés ;
  • Garantir l’accès égal à l’éducation, à la propriété foncière et à l’état civil ;
  • Réformer radicalement le système éducatif et assurer l’insertion réelle des jeunes dans la vie active ;
  • Instaurer un système de bonne gouvernance susceptible de favoriser le dialogue et de renforcer la confiance entre l’ensemble des acteurs politiques et associatifs.

3)- Comportements à éviter :

  • Bannir la violence, l’intimidation, le vandalisme et le désordre public ;
  • Ne pas porter atteinte à la sécurité, à la dignité, à la vie privée ou à l’intégrité physique et morale d’autrui ;
  • Eviter de tenir des propos pouvant nuire à l’indépendance, à la souveraineté et à l’unité du pays ;
  • Eviter d’inciter à la haine, à l’hostilité et à toute forme de stigmatisation ou de discrimination sur une base raciale, tribale, ethnique, régionale ou de caste ;
  • Eviter de recourir à la violence, à la fraude électorale et à l’achat des consciences ;
  • Ne pas proclamer des résultats non officiels et accepter de reconnaître la défaite et féliciter le vainqueur.

Questionnaire des droits de l’Homme pour les candidats aux élections présidentielles de 2014.

1-    Par rapport à la consolidation de la cohabitation communautaire (Passif humanitaire, rapatriés et réfugiés au Mali), Quelles sont les mesures concrètes comptez-vous prendre à cours, moyen et long terme ?

2-    Pensez-vous que la société civile est un acteur important  et quel à niveau comptez-vous l’impliquez ?

3-    La question de l’état civil se pose avec acuité dans notre pays. Comment est-ce que vous comptez le régler en permettant, sans discrimination, à tous les Mauritaniens d’accéder à leur état civil plus facilement et exercer leurs  droits qui y sont rattachés?

4-    Envisageriez-vous de revoir la réforme foncière de 1983 en  tenant compte de la propriété des populations et en les associant à toutes les  reformes prochaines ? Si oui quelles seront  les premières mesures que vous mettrez en place pour protéger les droits de ces populations ?

5-    En dépit de loi criminalisant la pratique de l’esclavage, il y a toujours un sérieux problème pour faire appliquer cette loi. La justice pourrait-elle prendre des cas emblématiques et faire appliquer la loi ?

6-    Comment  comptez-vous assurer une insertion socioéconomique des esclaves et anciens esclaves ?

7-    Le système éducatif Mauritanien  crée davantage un fossé entre les Mauritaniens, ne pensez-vous pas qu’il soit nécessaire de le reformer en impliquant tous les acteurs afin qu’il soit plus performant et que l’école Mauritanienne redevienne ce carrefour où tous les Mauritaniens se rencontrent et se connaissent davantage.

8- Partant du principe que la société civile peut contribuer au  développement,  quelle est la place de la société civile dans votre programme ? La révision de la loi sur les associations serait –il finalisée durant votre mandature et à quel degré permettra-elle la protection des défenseurs de droits de l’Homme telle que définie par les engagements internationaux de la Mauritanie ?

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge