Planète Jeune Mauritanie : plus de 10 ans d’activités, peu de sponsors

planetjeune

Après plus de dix ans d’actions scolaires, le concours Génie en herbe draine encore peu de sponsors. Voilà un des constats de l’enfant de Tekane Mamadou Tall représentant de Planète Jeune Mauritanie qui ne cesse de répéter que l’éducation bénéficie de « soutien zéro » malgré toutes les lettres adressées au ministère de tutelle en vue de faciliter au moins la tenue de cette activité au près des partenaires.

La recherche de sponsors : un défi permanent

Selon notre interlocuteur, l’activité d’accompagnement des écoles partenaires est volontaire : « si on le faisait pour de l’argent, on allait arrêter, aucun sou mais on continue » signalant au passage le manque de médiatisation de cette rencontre inter scolaire qui rassemble cette année 11 écoles.

En attendant de « chercher les fonds », Planète Jeune Mauritanie a entamé  son concours annuel de génie au centre culturel marocain le 31 janvier dernier grâce au soutien (annuel) de la coopération française d’un montant de plus de trois cent mille ouguiyas (300.000 UM).

planetjeune1

Génie en herbe, super craque épelle moi, dictée et poésie au menu de ce programme scolaire qui connait « un engouement » progressivement selon les organisateurs dont le challenge est de rehausser le niveau des candidats dans différentes disciplines et toucher plus d’écoles.

Des choses à améliorer

Ce jour là alors que l’animation avait débuté par l’entrée sur scène de l’animateur de planète Boukhary Bounass alias « Caméléon », la salle tardait à se remplir vu que des gens roulent à l’heure mauritanienne comme on dit par ici. Une triste réalité que pointe du doigt le prof de français Mamadou Diakité de l’école Pithagore : « les gens ne respectent pas l’heure, même les responsables viennent en retard malgré tout, ses élèves tiennent à sa présence » confie t-il.

Une présence réconfortante pour des élèves comme Baham Moustapha (3e année collège à Pithagore) dont c’est la 3e participation à cette compétition « intéressante » qui confronte des écoles et déterminera la plus forte au bout d’un challenge question réponse. Ce passionné de victoire se désole aussi de la faiblesse du niveau de certains participants.  De l’avis de Mohamed Diakité, ce concours permet « d’apprendre, d’être exigent, de faire des efforts et de corriger la faiblesse du niveau des élèves » une tâche à laquelle s’occupe le staff Planète Jeune qui tarde à décentraliser ses actions fautes de moyens adéquats.

Awa Seydou Traoré

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge