GUINEE : Politique – Marché Madina : Affrontements entre commerçants, plusieurs boutiques en feu !

Depuis la marche de l’opposition le mercredi 27 février, la capitale Conakry vit sous une véritable tension. Les jours se suivent et se ressemblent pour les conakrykas, surtout ceux des banlieues qui sont, du coup, devenus à leur corps défendant, otages voire des victimes expiatoires d’un engrenage de violences provoqué par l’irresponsabilité de l’ensemble de la classe politique du pays qui sont aujourd’hui incapables de régler leurs différends par la voie du dialogue.

Si ce vendredi, Kaloum, le centre administratif et d’affaires par excellence, affichait ostentatoirement l’image d’une cité paisible, à 5Km de là, au marché Madina, le plus grand centre commercial du pays, de violents accrochages ont opposés, toute la matinée jusqu’à l’heure de la grande prière de vendredi, commerçants pro-opposition et pro-pouvoir, d’une part ; forces de l’ordre à une importante horde de jeunes vandales de l’autre, a constaté sur place Guinéenews.

Des affrontements qui se sont soldés par l’incendie d’un nombre important de boutiques, magasins et conteneurs ou kiosques au niveau de Madina sur l’axe du Niger à commencer du carrefour Mafanco jusqu’à Avaria, aux environs de la SOBRAGUI.

Des bandes de loubards ont réussi, à coup de barres de fer, de gros cailloux et à l’aide d’essence, à défoncer les portes des magasins et boutiques. Après avoir cassé cadenas et serrures, c’était une véritable ruée sur les marchandises qu’ils pillaient et emportaient avant d’asperger le reste d’essence pour mettre le feu ensuite. Comme vous pouvez le constater sur certaines images qu’on a pu difficilement dérober sur place. Même si cela nous valu quelques ennuis. Devenus des témoins gênants des événements, nous nous sommes même fait agressés par certains de ces loubards qui ont emporté certains de nos téléphones et équipements de reportage.

Sur les lieux, cette scène spectaculaire de vandalisme s’est poursuivie jusqu’à l’intervention des premiers éléments des forces de sécurité, quelques minutes après. L’arrivée de ce premier groupe qui n’était composé que de deux pick-up de policiers, armés seulement de matraques, bombes lacrymogènes et de leurs boucliers, n’a pourtant pas permis de contenir la situation sur place.

Une présence qui ne dissuadera point ces jeunes vandales déchainés qui continueront à se livrer à leurs pillages. Il a fallu attendre la venue d’un renfort de gendarmes et d’autres policiers à bord de plusieurs pick-up et camions pour les disperser et faire cesser les casses. Un peu plus tard un camion de sapeurs pompiers a été dépêché sur les lieux pour éteindre le feu.

Pendant ce temps, de la place où l’on se tenait, on apercevait des fumées qui se dégageaient de beaucoup de foyers d’incendie tant sur le Niger que sur l’autoroute. Plusieurs boutiques et magasins ont été, sans doute, mis à sac mais sur place, nous avons pu dénombrer au moins parmi eux, cinq que la flamme avait plus ou moins consumé.

Une dépêche de Camara Moro et Sano Sékou

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind