Poubelles et mauvaises odeurs: L’hivernage ne sent pas bon à Nouakchott

PoubellesLes déchets ménagers posent toujours problème en période d’hivernage et surtout quand il fait chaud. Nombre de quartiers et rues de Nouakchott sont concernés. Des odeurs nauséabondes engendrant des désagréments se dégagent à longueur de journée des amoncellements des ordures, accentuées par la vague de chaleur qui sévit ces derniers jours sur les trois capitales à savoir, Tevragh-Zeina, Dar-Naim et Arafat. Depuis quelques jours, des habitants de certains quartiers, notamment à El Mina se plaignent des odeurs nauséabondes qui envahissent leurs places et leur empoisonnent la vie. De même, les nombreux visiteurs qui se rendent dans ce quartier accueillant des commerces diverses. Même après le passage de camions de collecte les odeurs persistent.

De nombreux habitants n’osent même plus ouvrir leurs fenêtres au risque de voir ces odeurs escortées de nuées de mouches s’infiltrer dans leurs demeures. Selon un riverain du carrefour de l’Arrêt des bus, ces odeurs sont issues de la décomposition des déchets, et notamment les déchets trop humides, comme les fruits pourris tels que les pastèques, melons, mangues, mandarines. Les sacs contiennent des matières putrescibles en décomposition comme de la viande, des légumes ou des couches-bébés et constituent un véritable terrain de jeux pour les bactéries. La chaleur aidant fait ressortir les mauvaises odeurs et les insectes. Cette situation n’est pas seulement due aux manquements des services de nettoiement, mais à l’incivisme de certains citoyens qui continuent de jeter leurs ordures n’importe où et à n’importe quelle heure.

Cette situation est combinée à l’accroissement du volume des ordures en cette période hivernale, ajoute notre interlocuteur rencontré à quelques pas de la nouvelle Maison des jeunes, où, un dépotoir ne cesse de grandir. Selon un biologiste du centre hospitalier national (CHN), « les molécules d’azote et de soufre, qui sont produites lors de la décomposition des protéines sont les plus désagréables. C’est pour cette raison que les aliments à teneur élevée en protéines que contiennent les œufs, la viande et le poisson libèrent de très fortes odeurs lorsqu’ils commencent à pourrir. L’autre problème lié aux ignobles odeurs de poubelle : elles peuvent persister durant des jours, même si la source de l’odeur n’est plus présente». «Pour diminuer cette senteur il faut drainer les ordures et utiliser du papier journal pour absorber les odeurs. Emballer les restants d’aliments dans du papier journal et non dans des sacs plastiques avant de les mettre dans un sac à ordures crée une seconde barrière peu coûteuse permettant de réduire les odeurs», a-t-il ajouté.

Dans certains quartiers les ordures sont éparpillées dans les rues. Ce qui accentue le malaise et pesait lourd sur le budget des services techniques des communes et de la communauté urbaine de Nouakchott avant que cette dernière ne signe des contrats avec trois sociétés de la place pour le nettoyage de toute la ville de Nouakchott pour une durée de 3 ans, selon une source au sein de cette institution. Et c’est d’ailleurs loin de ce que font les sociétés de nettoyage qui l’ont remplacée car elles font face à un manque de compétences, de personnel et des moyens de collecte.

Il est juste de dire que l’entassement et le pourrissement des ordures est le résultat de l’incapacité de la CUN et de sociétés qui sont venues après. Alors que des millions d’ouguiyas sont versés et que les services sont plus que médiocres.

A.SIDI

Tawary

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge