Pourquoi Cheikh Ould Maouloud reste en prison.

Cheikh Ould Maouloud croupit, depuis trois ans à la prison civile de Nouakchott. Les incessantes demandes de liberté provisoire formulées par ses conseils sont restées lettres mortes. Pourtant d’autres individus qui étaient dans la même posture que

l’ancien édile de Jidr El Mohguen ont pu bénéficier du fameux sésame.Aujourd’hui, il urge que Cheikh recouvre la liberté et retrouve les siens à l’aube de cette nouvelle année.Dés lors, il est plus que nécessaire de procéder au lancement d’une campagne nationale pour la libération de Cheikh Ould Maouloud.Il a oeuvré sans relâche pour son terroir.

Généreux, Cheikh a initié de nombreuses actions de développement au profit de plusieurs localités du Trarza et participé grandement à l’épanouissement de la jeunesse aussi bien rurale qu’urbaine.C’est grâce à lui que le Nasr de Sebkha s’est hissé au firmament du football mauritanien, de nombreuses années durant.

Archives www.thiammamadou.worldpress.com

Rappelons que la Cour Correctionnelle du Tribunal de Nouakchott avait condamné l’ancien président du club Nasr de Sebkha,- jadis vivier important du football mauritanien-commune populeuse de la banlieue sud-Ouest de Nouakchott et ex- trésorier de la Fédération Mauritanienne de Football (FFRIM), à trois ans de prison et à une amende de 330 millions d’Ouguiyas. Condamnation dont la défense de Ould Maouloud avait interjeté appel.
L’ancien percepteur principal du port de l’Amitié avait été appréhendé, le lundi 14 juin 2010, par les limiers de la police chargée de la répression des crimes économiques pour des présomptions de détournement portant sur « d’importantes » sommes.
L’arrestation du membre du bureau exécutif de l’Union pour la République (UPR), parti au pouvoir, est intervenue, suite à une double inspection des directions du Trésor et de la Douane à la perception du PAN-PA. Les rapprochements effectués sur deux années, entre les mandatements des différents bureaux de la Douane du PAN-PA et les chiffres de cette perception, indiquaient clairement que les chiffres de la perception de Cheikh Ould Maouloud restaient en de çà des différents mandatements douaniers.
Cheikh Ould Maouloud, qui avait été entendu, le 29 juin 2010 par le juge Ahmed Salem Ould Mah du deuxième cabinet, affirmera que sa « responsabilité est limitée du fait de son statut de comptable secondaire » et avait demandé à ce que le directeur général du trésor et de la comptabilité publique, Mohamed Lemine Dhehbi Ould Moulaye Zeïn, du fait de son statut de centralisateur et de comptable principal, soit aussi impliqué dans cette affaire, avait rapporté le site Mauritanie 24. Selon la version qu’il a longuement exposé aux enquêteurs de la direction de la police chargée de la lutte contre les crimes économiques et financiers, Cheikh Ould Maouloud , cité par le même site, avait évoqué que « le percepteur ou comptable secondaire n’est plus responsable quarante-huit heures après avoir remis à la direction générale du trésor et de la comptabilité publique la situation de sa perception ».

Cheikh Ould Mouloud, une autre victime du système.

Cheikh Ould Maouloud

Cheikh Ould Maouloud, le percepteur du Port Autonome de Nouakchott, est détenu, depuis le 30 juin 2010,à la prison de civile de Nouakchott. Il a été conduit à la citadelle du silence, après plusieurs jours dans les locaux de la police économique. Bref un procédé normal pour toute personne à laquelle on reproche un détournement. Seulement l’histoire de Cheikh Ould Maouloud, qui est aussi Maire de Jedr El Mohguen et Président de l’ASC Nasr Sebkha, a une autre connotation parce que dés le déclenchement de « cette histoire » vraisemblablement montée de toutes pièces, il a été victime de toutes les injustices.
Tout d’abord, le contrôle subit de la perception en son absence et la saisie de ses documents comptables, qui sont pour lui, son arme de défense. S’en est suivi la somme faramineuse annoncée par les enquêteurs qui avoisinerait les 2 milliards d’Ouguiyas, une accumulation, dit-on, au cours des trois dernières années à la perception du Port Autonome. Comment peut-on arriver à de telles conclusions partant du principe que le percepteur du Port était contrôle toutes les semaines (tous les mercredis) et ce depuis 3 ans. Sachant que le trésor publique n’accepte de comptabiliser que des versements liquides, il était aisé pour les contrôleurs de trouver la faille. Pourquoi attendre trois ans?
D’un autre côte, certaines sources, font état des recettes douanières qui répondent à un autre système celui de SYDONIA, et qui le plus souvent sont de simples déclarations. Si les enquêteurs étaient de bonne foi, il était facile de faire une contre-expertise sur les trois dernières années en se basant sur le registre comptable de la perception pour se faire une idée. Seulement les « politiques » s’en sont mêlés pour « casser » celui qui a réussi à gagner du terrain dans la wilaya du Trarza et même au delà en reléguant au second plan bien de dinosaures harnais sous le nez et autres barons.

Free  Ould Maouloud

Le dossier relatif à la falsification des pièces d’identité, brandit contre lui et finalement « mis au tiroir » était l’apanage de ses politiques tapis dans l’ombre qui cherchent à s’arrimer au pouvoir en place et pour cela, il est « nécessaire » d’écarter définitivement cheikh Ould Maouloud. Il y a aussi tous ceux qui étaient proches de Cheikh Ould Maouloud, qui d’ailleurs se pavanent aujourd’hui grâce à ses largesses, qui trouvent qu’il commence à prendre une très grande place et surtout il à l’oreille du Chef (le Président de la République dont il est parmi les premiers soutiens) et cela est inconcevable dans un pays où la réussite n’attire pas les sympathies, surtout quand il s’agit d’une certaine frange de la population (haratines). Il ne faut pas avoir peur des mots c’est la réalité.
Souhaitons simplement qu’en haut lieu on va, enfin, comprendre et éviter que ces injustices perdurent.
THIAM Mamadou


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind