Pouvoir : Qui assure l’intérim du président ?

Des sources militaires citées par certains médias auraient révélé que le chef d’état-major de l’armée national, le général de division Mohamed Ould Ghazouani, occupe son bureau depuis l’incident de « Toueïla » qui a failli coûter la vie au président Mohamed Ould Abdel Aziz.


Ces mêmes sources ont également affirmé que le chef des armées a informé les commandants des camps et bases militaires de l’état de

santé du président de la République, tout comme il est en relation directe avec le médecin personnel de Ould Abdel Aziz, le colonel Ahmed Ould Sidi Mohamed.

D’aucuns pensent que si la situation sécuritaire « est sous contrôle » de la part de l’état-major de l’armée national, il va de soi aussi, que de manière effective, c’est cette dernière qui a entre les mains la réalité du pouvoir, au grand dam de la Primature. Une situation qui ressemble étrangement à celle du 19/4/2009, quand le général Mohamed Ould Abdel Aziz avait démissionné, pour se conformer à ce que prescrit la Constitution, et que le pouvoir était resté, non pas entre les mains du président du Sénat, Bâ M’Baré, mais des généraux et colonels qui constituaient le Haut Conseil d’Etat (HCE). Une situation équivoque qui est appelée à durer (quelques semaines) tant que l’état de santé réel du président Aziz n’est pas connu et qu’il soit appelé à rester en France pour besoin de convalescence.

Source:Elhourriya

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind