C.O.D : Jemil Mansour passe le témoin à Ahmed Ould Daddah

Au cours d’une cérémonie organisée, ce jeudi 13 juin,  au siège central du RFD, la Coordination de l’opposition démocratique (C.O.D)  a désigné Ahmed COD-FLAMBEAUOuld Daddah comme président en lieu et place de Mohamed Jemil Mansour dont le mandat à la tête de la Coordination  vient de prendre fin.

La cérémonie de passation de la présidence de la Coordination  s’est déroulée en présence de plusieurs leaders des partis politiques comme Moussa Fall, Saleh Hanena, Moulaue El Arby, Mahfoudh Ould Bettah, Bâ Mamadou Alassane… et d’un nombre appréciable des militants et sympathisants de la C.O.D.

La Coordination   a profité de l’occasion pour rappeler ses positions par rapport à la situation du pays. Elle a laissé entendre par la voix d’Ahmed Ould Daddah que la sortie de crise que traverse le pays  passe par le départ de Mohamed Ould Abdel Aziz du pouvoir, lequel départ est mentionné  dans la charte signée de façon solennelle au  du mois de ramadan passé par l’ensemble des présidents des partis réunis de la C.O.D, mais également dans la feuille de route publiée plus récemment par la même C.O.D.

Elle a balayé d’un revers de la main la tenue d’élections municipales et législatives comme moyen de surmonter  du marasme auquel fait face la Mauritanie depuis des longs mois.

Ahmed Ould Daddah  a par ailleurs précisé que la Coordination de l’opposition démocratique a toujours «fait une analyse sans concession de la situation que traverse le pays et les conditions sur lesquelles peuvent être assises des élections transparentes» avant d’affirmer en substance qu’il  n’est question hors de prendre part à quelques élections qui ne seront pas transparentes.

Abondant dans le même sens que le leader du RFD, Ahmed Sidi Baba a déclaré qu’il «existe des gens qui parient sur l’éclatement de la C.O.D pour causes de divergences relatives à la participation à futures élections eh bien ces gens  se trompent», dit-il  avant d’assener que la C.O.D reste convaincue que la crise multi-dimensionnelle à laquelle fait face les Mauritaniens du marasme que ne peut être surmontée  que si Aziz quittait le pouvoir.

Ahmed Ould Daddah est par ailleurs revenu sur les allégations lui attribuant une rencontre d’avec Aziz en France. Il n y a jamais eu rencontre entre Mohamed Ould Abdel Aziz et moi a-t-il déclaré en apportant – ainsi en filigrane – un démenti  aux déclarations récentes relayées par une certaine presse selon lesquelles le leader du RFD aurait trouvé un terrain d’entente avec en pouvoir en place.

Enfin Ahmed a insisté sur la situation grave que traverse la zone du sahel caractérisée par l’existence d’une zone de trafic de tous genres, trafic de drogue et même d’êtres humains. Selon lui cette situation impose un engagement de la part des Mauritaniens dont le pays fait partie de cette région du Sahel pour sortir la zone de l’ornière. Rappelons que le président du RFD est opposée à tout engagement militaire de la Mauritanie en dehors de ses frontières.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind