Présidentielle au Gabon: un pays dans l’attente du dénouement

ali-bongo-jean-ping_0Au Gabon, les Gabonais sont dans l’attente du dénouement pour savoir qui, du principal candidat de l’opposition, Jean Ping, ou du président sortant, Ali Bongo Odimba, a remporté l’élection présidentielle du samedi 27 août. Alors que le résultat de cette présidentielle ne sera pas connu avant mardi, le camp d’Ali Bongo se dit confiant, tout comme celui de son rival Jean Ping. Les électeurs ont choisi parmi dix candidats mais ce scrutin à un seul tour est largement dominé par ces deux poids lourds.

L’heure est maintenant à la compilation et à la centralisation des résultats. Les deux camps se disent confiants pour leur candidat et l’opposition parle même d’une avance claire et évidente pour Jean Ping, à 7 heures, ce dimanche matin, après constat des résultats dans environ un tiers des bureaux.

Ces chiffres ont été collectés par les militants de l’opposition, bien entendu. Le porte-parole du camp Ping, Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, explique que chaque représentant de l’opposition obtient une copie des procès-verbaux et que ces documents sont rassemblés dans vingt postes de saisie, connectés à un système central, via un réseau satellite, et cela afin de transmettre les chiffres au quartier général (QG) de Libreville.

Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi juge son système crédible et rigoureux. Il ne voit pas pourquoi, étant donné que les dépouillements sont publics, l’opposition ne pourrait pas diffuser ces statistiques.

Du côté de l’Intérieur, on appelle à la prudence. Une source au ministère reconnaît que les candidats ont les résultats avant la Commission électorale nationale et permanente (Cénap) mais que cette dernière est la seule instance à annoncer les chiffres finaux.

Ne pas semer le trouble et le doute

Cette même source estime par ailleurs que la diffusion de statistiques intermédiaires pourrait semer le trouble et le doute.

Côté pouvoir enfin, le porte-parole d’Ali Bongo, Alain-Claude Billie By Nze, parle d’une tendance inverse, avec de l’avance pour le président et précise même que rien ne pourra inverser cette courbe. Il ne donne pas de chiffres, disant vouloir attendre l’annonce officielle de la Commission. Il accuse, en tout cas, l’opposition de jouer un jeu dangereux, de manipuler les résultats et de préparer la contestation électorale.

Et sans attendre les résultats officiels, l’un des candidats, l’ancien ministre Pierre-Claver Maganga Moussavou estime, quant à lui, que les tendances sont claires et adresse des félicitations à Jean Ping qui, selon lui, a bien été élu. Il invite également les Gabonais à garder leur calme.

Par RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge