Prix des produits de consommation : Les citoyens pris à la gorge

legumes_rim_41_1Les cris de détresse qui parviennent des grandes villes comme de l’arrière pays en disent long sur la situation intenable des populations surtout, des pauvres. Même si l’on accepte que les boutiques dites de la solidarité, ouvertes par le gouvernement vendent à des prix réduits, le manque d’argent et la précarité du marché du travail en Mauritanie réduit à néant les espoirs de bon nombre de pères de familles.

C’est d’ailleurs parce qu’il y a péril en la demeure que les populations commencent à se demander à quoi servent toutes ces  » campagnes  » visant à leur faire croire que le gouvernement travaille pour eux alors que l’essentiel n’est pas là. Lors de sa dernière visite à l’intérieur du pays, le président de la République a tenté de rassurer les populations, mais la réalité est dure : la situation économique est difficile et la sécheresse menace !

L’étalage de chiffres, à partir même de l’enveloppe faramineuse de 45 milliards d’ouguiyas, annoncés par le chef de l’Etat destinés à venir en aide aux pauvres dans la subvention de certains produits alimentaires, ne suffit pas pour convaincre de l’efficacité d’une telle stratégie.

Même au niveau purement économique, ils sont nombreux ceux qui ont mis en doute un tel plan par le fait même que l’incidence réelle sur le marché des produits de première nécessité n’a pas été ressentie comme il se doit. L’offre importante en riz, sucre, huile et blé aurait dû, logiquement, tirer les prix dans les commerces classiques vers le bas et faire profiter les classes moyennes de ce que le gouvernement a fait pour les plus pauvres.

Peut être aussi qu’il y a une grande différence entre Nouakchott et les autres villes de l’intérieur. Le système D (l’informel) ne fait vraiment vivre que dans la capitale où tout se vend et s’achète. C’est loin d’être le cas à l’intérieur.

Dans une petite ville du centre du pays, par exemple, les boutiques ouvertes peinent à satisfaire la trop forte demande d’une cité où aucune activité signifiante ne permet de distinguer qui est pauvre et qui ne l’est pas.

A midi, il n’est pas rare pour certaines ménagères qui ont mis du temps pour avoir l’argent nécessaire pour aller se ravitailler dans un  » doukan  » de l’Etat, de s’entendre dire que c’est fini pour aujourd’hui. Un système de rationnement adopté permet en effet à ces boutiques de limiter la très forte pression. Conséquences : ils sont nombreux ceux qui sont obligés de se rabattre sur les commerces ordinaires.

Malaise social

Pour l’heure, le pouvoir du président Ould Abdel Aziz tient bon devant le malaise social. Mais ce sera jusqu’à quand ? tout le monde est d’avis que les difficultés de ce pouvoir viendront, un jour ou l’autre, de l’incapacité du gouvernement à juguler la flambée vertigineuse des prix. Tous les indices le montrent, toutes les discussions de salon, de rue et de taxis le prouvent : le vase est plein et il risque de déborder d’un moment à l’autre.

Certes, il y a encore des circonstances atténuantes pour le président Aziz (construction de routes, lotissements des  » gazras  » et autres  » kebbas « , lutte contre la gabegie, à travers même le refus du faste que des responsables ont voulu perpétuer encore et encore dans les administrations qui jouent aujourd’hui  » serré  » avec leurs budgets de fonctionnement, autrefois de  » ponctionnement  » mais la noria du désespoir qu’entretient la difficulté de joindre les deux bouts peut mettre un terme, à tout instant, à cet état de grâce.

Tout tourne aujourd’hui autour de la question des prix, particulièrement de ceux du carburant, du riz, du sucre, du blé, du lait et de l’huile. Un sac de riz ou de sucre à 12.000 UM, c’est quasiment le double il y a cinq ans !

Destin commun

Les prix, quand ils flambent, ne font pas de différence entre partisans de la majorité et militants de l’opposition. Ils prennent à la gorge tous ceux dont le pouvoir d’achat est limité et que la situation de crise économique quasi endémique range dans le même panier.

Aujourd’hui, même ceux qui pouvaient compter sur les privilèges que confèrent leur proximité avec le pouvoir sont déçus par la tournure des événements : la guerre que le président Aziz mène contre la gabegie a asséché les  » sources  » de l’argent facile, l’argent sale, qui permettait aux hauts responsables de l’Etat d’entretenir leurs cours et de pouvoir ainsi les fidéliser.

Au niveau même de ces responsables, l’inquiétude est perceptible, parce qu’ils sont obligés de revoir à la baisse des dépenses en consommation courante naguère prises en charges par l’argent gagné en commissions et autres prébendes aujourd’hui disparues. Vous les entendez souvent vous dire :  » je n’ai que mon salaire comme vous « ,  » je ne gère plus rien  » ou  » je peux même rester à la maison  » pour signifier à ceux qui feignent encore de l’ignorer que rien n’est plus comme avant.

Un bon point pour le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a réussi à limiter les dégâts considérables que la mauvaise gestion faisait subir à l’argent public, mais le revers de la médaille pourrait bien être cette sensation que la vie est devenue plus dure, cette précarité qui tient plus à la détérioration du pouvoir d’achat des populations due au tarissement des sources illicites de l’argent, qu’au condition de ravitaillement d’un marché en train de subir la loi de l’offre et de la demande.

Source: Mauriweb

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge