Propositions (modestes) à Maître Hamdi Ould Mahjoub, Directeur Général de l’Agence Nationale de Lutte Contre les Séquelles de l’Esclavage :


La Mauritanie connaît depuis la fin du règne patrimonial du président Maawiya Taya en 2005 de profondes transformations au nombre desquelles une plus grande liberté de parole et d’action pour les militants des droits de l’homme. Les couches sociales et ethniques stigmatisées et/ou exploitées commencent un combat à découvert : le mur de la peur est ainsi tombé.

horsC’est ainsi que l’esclavage a été aboli une deuxième fois dans l’histoire de la Mauritanie et sa pratique criminalisée. Des chantiers immenses sont aujourd’hui ouverts à l’action des victimes elles-mêmes et des militants des droits de l’homme qui les appuient. Car la solution de l’esclavage et

de ses séquelles ne se résume pas à une série de textes juridiques bien au contraire : il s’agit de traquer dans les pratiques quotidiennes les milles et un artifices sophistiqués qui entretiennent des liens de dépendance entre maîtres et esclaves et entre ex-maîtres et ex-esclaves. Ces pratiques

échappent à la sphère du droit car il ya très souvent une complicité active des protagonistes dans la pérennisation de ce système. Cette « complicité » de l’esclave vient entre autres de l’absence d’alternative économique et sociale à ce dernier en dehors de ce lien de dépendance.

A côté de l’exploitation basée sur des relations interpersonnelles, il existe hélas – et c’est ici le grand drame – un système impitoyable de castes basé sur des préjugés tenaces qui font que le statut social est héréditaire. Si un esclave quitte le statut juridique de l’esclave, il entre dans la

caste des haratines pour ne plus en sortir lui et sa descendance : il/elle peut être diplômé (e) de Harvard, porter les galons de général, exercer la fonction de Premier ministre mais rien ne pourra le/la faire sortir de ce statut stigmatisant. Nous avons ainsi en Mauritanie une société à deux

vitesses : un espace public formel où chacun peut revendiquer – avec plus ou moins de chances – des droits à l’éducation, à l’emploi public, à la représentation politique (l’actuel président de l’Assemblée nationale est un haratine…) et une société du non-dit : féodale, discriminatoire,

raciste, ethnocentriste…

Si l’esclavage est plutôt reconnu encore vivace dans l’ethnie arabo-berbère, les haalpulars, les soninkés et les wolofs partagent avec elle l’existence du système de castes précités. En d’autres termes, les autres ethnies ont aussi « leurs » haratines. La non prise en compte de la généralité du phénomène a longtemps biaisée le plaidoyer en faveur des haratines car l’ethnie arabo-berbère se sentait injustement culpabilisé du monopole de la pratique de l’esclavage alors que ses stigmates sont encore présentes dans les autres ethnies négro-africaines du pays.

 La cause haratine est encore – malgré les progrès – un sujet sensible pour deux raisons

principales :

  • · Durant le régime d’exception du président Taya, ce sujet a été largement utilisés par

les ennemis du  régime (les FLAM notamment) auprès des instances internationales pour faire condamner ce gouvernement.  L’Administration a gardé de cette expérience une grande méfiance  cette question ;

  • · L’approche d’aborder les séquelles de l’esclavage uniquement dans l’ethnie arabo-berbère,sans y inclure la situation dans les autre ethnies, donne souvent un sentiment d’instrumentalisation de la cause à des fins partisanes. Sur ce point il serait opportun d’inclure dans l’administration de votre agence des cadres « haratines » (hommes et femmes) de nos quatre ethnies.

Enfin, je vous suggère de commencer les activités de votre agence par une sorte de concertation nationale sur la question des séquelles de l’esclavage où les représentants de toutes les ethnies seront représentées, les ong nationales et internationales, les chancelleries étrangères, les élus etc… En un mot il faudrait parler sans complexe et sans tabous de ce problème national.

Mohamed  Ould Labeid

________________________________CHARTE___________________________________

« CONTRIBUTION » est un espace  où nos lecteurs peuvent s’exprimer en toute liberté de façon constructive et dans le respect de la CHARTE affichée.

  • Soyez courtois. N’envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N’envoyez pas de message inutile.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d’attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
  • Ne dévoilez pas les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc… ). de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.
  • Pas de publicité. Ce forum n’est pas un espace publicitaire!
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
  • Lisez la politique de gestion des commentaires de RimWeb
  • Les auteurs de commentaires répétés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup
Ainsi les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n’engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge