PSG-Zlatan Ibrahimovic: « Ça fait toujours du bien de rigoler »

 Zlatan Ibrahimovic est un sacré chambreur. Le Suédois s’amuse de son image de « bad boy » qu’on lui colle dans un entretien décalé sur le site officiel du PSG.

 

« Moi, je suis le ‘bad boy’. Tout le monde joue mal, à part moi, bien sûr. » Zlatan Ibrahimovic manie bien l’humour.

Peut-être pas aussi bien que le ballon, ou alors il serait très drôle. C’est avec le verbe léger qu’il a pourtant répondu à un long entretien en trois parties accordé au site officiel du PSG, dans lequel il parle de lui. Parce que, de toute manière, tout le monde ne parle que de lui : « Depuis que je suis arrivé, beaucoup de gens parlent de moi. Où que j’aille, on parle de moi. J’y suis habitué mais ici c’est poussé à l’extrême. »

On en parle tellement qu’on en a fait un verbe. Zlataner. « Je ne sais pas si je dois en être fier, confie le géant suédois. Mais ça semble être utilisé de façon plutôt positive. » De là à ce qu’il entre, un jour, dans le dictionnaire… « Là, ce serait un véritable honneur. » Zlatan Ibrahimovic est plus qu’un joueur en France, il est une star. « On m’a dit qu’avoir une marionnette signifie que l’on est quelqu’un d’important donc je suis content d’en avoir une », confie-t-il en réaction à son postiche dans Les Guignols de l’Info. Les quelques sketches qu’il en a vus l’ont « fait rire », surtout quand « il frappe James Bond, le met à terre… »

« Si tu as peur de moi, tu devrais jouer dans le jardin »

Du coup, le grand public le voit comme un homme à l’égo démesuré. C’est d’ailleurs pour ça qu’il plaisante en se présentant comme un « bad boy ». « J’ai entendu dire que certaines personnes me voyaient comme ça, alors je m’en amuse. » Et ne lui demandez pas s’il fait peur à ses coéquipiers. « Je ne crois pas, non. D’autant que si tu as peur, tu ne devrais pas jouer au top niveau. Tu devrais jouer dans le jardin. » Car oui, Zlatan Ibrahimovic sait reprendre son sérieux quand il s’agit d’évoquer les objectifs du club de la capitale. « Je ne suis pas là pour être sympa ou pour être acclamé. Je suis là pour gagner, clame-t-il. Et je suis en colère car nous avons été éliminés d’une coupe (NDLR : défaite en Coupe de la Ligue face à Saint-Etienne) et ce n’est pas acceptable. »

Mais sinon, « ça fait toujours du bien de rigoler. Dans le vestiaire, les blagues fusent dans tous les sens et on se chambre pas mal. C’est bon pour l’atmosphère générale. Après, est-ce que je suis le plus drôle du groupe ? Je ne pense pas. » Dans ce vestiaire, il assure d’ailleurs qu’il n’est qu’un simple joueur parmi les autres. Mais l’humour n’est jamais loin. « La Ligue 1 ? Ça va devenir un bon championnat car aujourd’hui j’y joue », lance-t-il dans un éclat de rire.

 

Eurosport

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind