Putsch au Mali: «C’est une évolution qu’on craignait»

 

Putsch au Mali: «C’est une évolution qu’on craignait»

INTERVIEW – Les militaires maliens ont pris le pouvoir à Bamako, la capitale du pays. Des événements prévisibles selon Hugo Sada, spécialiste du Mali…

La situation pourrait évoluer dans les prochaines heures. Contacté par 20 minutes, le spécialiste du Mali Hugo Sada, par ailleurs délégué à la paix, aux droits de l’homme et à la démocratie, fait le point sur le putsch actuellement en cours dans le pays.

Les militaires maliens ont investi Bamako, mercredi 21 mars — AP/SIPA

Comment expliquer ce qui vient de se passer au Mali?

C’est une évolution qu’un craignait ces dernières semaines. Les combats dans la région nord du pays, contre les mouvements Touareg, ont beaucoup déstabilisé le Mali et l’armée malienne. On a senti monter un ras le bol et une frustration. L’armée se plaignait notamment d’un manque d’équipement et espérait obtenir des réponses de la part du gouvernement. Elle ne les a visiblement pas obtenues. C’est donc un certain ras-le-bol qui s’exprime à travers ce putsch, qui n’a pas l’air vraiment structuré.

Comment la situation peut-elle évoluer?

Il y a deux hypothèses très simples: la première serait que les éléments de l’armée restés loyaux au pouvoir ne rejoignent pas ce mouvement. Pour le moment, il est conduit par des militaires assez jeunes. La question est maintenant de savoir ce que les haut-gradés vont faire, mais il est encore trop tôt pour le dire. Et nous ignorons, pour le moment, si des contacts ont été noués entre le pouvoir et les militaires. Et puis, il faudrait un cessez-le-feu avec les Touaregs, ce qui permettrait d’apaiser la situation. La deuxième hypothèse serait que le coup d’Etat soit consolidé.

Quels seraient alors les risques pour le Mali?

Le premier risque, c’est une rupture brutale de l’ordre démocratique. Ce putsch n’est donc pas une bonne chose pour le Mali, cité en exemple depuis 20 ans. L’autre risque, c’est qu’un coup d’Etat exclut le Mali des programmes d’aides internationaux. Tout cela ne serait pas bon pour un pays qui a besoin de stabilité. La population malienne est déjà très inquiète et très marquée par les conflits contre des mouvements Touareg, dans le nord. Et depuis le début de ce putsch, c’est même la grosse angoisse à Bamako. J’espère que la situation ne va pas basculer trop vite du mauvais côté.

Par Mathieu Gruel
Source: maliweb
Toute reprise partielle ou totale de cet article  devra faire référence à  www.rimweb.info

 

Publicité

Mauritel

Comments

  1. sid’ahmed :-!

  2. Madame comment vous trouvez le site

Speak Your Mind