Qanat Chinguetti.

contribution

Comme de coutume, nous avons appris ces derniers temps à nous parler avec une certaine franchise. Certain, comme moi, croient résolument que c’est une nouvelle ère de l’histoire de chez nous qui nous permettra grâce a cette liberté de communication, doublée de la facilité de nous entendre, de nous dire certaine choses, sans détour.

Je commencerai tout d’abord par dire à Chinguetti TV, que personne plus que moi n’a été si ravi de voir pour la première fois une autre chaine mauritanienne diffuser ses programmes sur les airs.

C’était au temps ou la TVM passait le temps à laver les cerveaux par des détergents monotones, et mille fois répétés, que nous avions pris l’habitude d’utiliser comme somnifères, quand le sommeil faisait défaut.

Vous aviez commencé vos émissions effectives, par une belle chanson du talentueux artiste Cheikh ould Abba : « O Hawa« , fille régresse mauritanienne. Cette prestation expressive a plus d’un titre, dessinait l’image optimum de l’unité nationale. Un jeune chanteur maure, qui changeait de tenues vestimentaires au gré des différentes régions, au point ou on ne pouvait (même pour une personne avertie), préciser, s’il était maure ou negro-mauritanien.

Des jeunes filles, choisies parmi les différentes ethnies nationales, accompagnaient l’artiste, scandant des slogans, pour ne pas dire des devises qui faisaient serment de préserver cette unité et cette cohésion.

« Wahaw nibnou watanna, wi-oud watanna jenne »
« Allons construire notre patrie, pour en faire un Paradis. »
« Matat medde tavsalne… »
« Personne ne pourra plus nous diviser etc.
 »

Vous étiez sublimes en ces moments. De vrais apôtres du combat contre les bacilles de la haine et de la division. Vous avez même écrit sur votre petit écran : « La Mauritanie pour tous », sur arrière plan du drapeau national.

Il était clair, du moins a ce moment la, que vous aviez surmonté les démons de l’avidité, du racisme, de la cruauté de la ségrégation, et de la soif de pouvoir qui minent notre existence depuis des décennies.

Je me rappelle que l’une de vos phrases qui constituaient un baume pour le cœur de tout expatrie, était «  Nous irons très loin, pour que la patrie reste toute proche. » J’espère vivement que ce soit uniquement la faute de moyens, qui vous a stoppe a mi-chemin de ce noble parcourt.

En vous suivant, en spectateur assidu et en libre penseur, je me permets de vous faire les remarques suivantes:

* Vous avez omis, j’espère involontairement, de grandes franges de notre couleur ethnique nationale. Par cette omission vous vous êtes privés de la beauté d’une diversité, qui vous aurait apporté beaucoup de succès, beaucoup de charme et un énorme crédit. La Mauritanie est plus belle par sa mosaïque de couleurs et les saveurs succulentes de sa diversité.

Regardez un peu une bande par exemple que vous diffusez et rediffusez n fois par jour. Ces festivals de la culture folkloriques qui, carte géographique a l’appui, font une incision profonde sur la carte géographique de la Mauritanie : Atar, Akjoujt, les touaregs, Tidjikdja, Ndor El Kouti, Lemrabott la tense dinak. Marabout n’oublie pas ta religion (intéressante d’ailleurs), mais a mi-chemin de la promesse.

Nous aurions voulu que vous continuiez plus loin pour que la patrie reste proche, toute la patrie reste proche. Sur ce plan, la nouvelle directrice de la TVM, est en train de vous naniser. Apres une longue absence la TVM se relève de ses cendres pour rectifier le tir. J’espère définitivement, cette fois.

Nous sommes fiers, par exemple, le jour de l’AID, de voir sur le plateau de la TVM, une assemblée d’érudits, qui prêchent et instruisent dans toutes les langues par des orateurs de toutes les ethnies. C’est un point plus que positifs pour cette chaine. C’est un exemple judicieux et juste à suivre par tous.

Une autre petite remarque : la jeune Garmi, a la voix d’or. Vous la dévaluez à force de l’exposer a longueur de journée avec la même chanson. Ca devient un peu la soupe de la soupe de la soupe de la soupe qui donne en fin de compte de l’eau tiède, sans saveur, ni odeur. N’y-a-t-il pas d’autres talents à sortir a la lumière?

Ce sont ces multitudes de temps perdu que vous deviez meubler par d’autres choses nationales. Toutes les choses nationales. La Mauritanie est riche de talents et de génie.

« Travaillez, prenez de la peine… c’est la matière qui manque le moins. » Je sais que vous êtes meilleurs que nous. Vous avez fait « Un quelque chose« , nous n’avons rien fait.

Mais puisque nous sommes arrimés à votre train qui s’est donné comme but ultime de panser l’unité nationale blessée et de lutter contre la fièvre brulante du racisme, du séparatisme et des ennemis de la paix sociale, nous sommes obligés de vous signifier que vous n’avez pas le droit de vous arrêter ou de vous spécifier a un groupe unique. Même si ce groupe, comme tous les autres a son importance et la part d’amour que nous lui réservons.

Et puis aller a Bouhdida, a Ghayra et ailleurs pour couvrir des clivages tribaux, est-ce dans l’intérêt de ce pays qui peine à rassembler ses morceaux éparts?

Toutes ces tribus, inconsciemment, pensent que ces manifestations leurs conféreront en fin de compte un billet d’entrée a l’UPR, a Tawassoul ou ailleurs dans un parti politique « national« . Ceci pensent-ils, leur facilitera a son tour l’accès aux « anciennes gloires ».

Et ce parti politique, quelles que soient les couleurs sucrées qu’il brandit, ne se privera pas de profiter de ces anciennes maladies, de ces dissenssions de l’ignorance, pour parvenir a ses fins. Des fins, qui, elles, sont souvent très loin d’être « nationales » Et la division aura de beaux jours devant elle.

Le devoir d’un journaliste probe, un journaliste doué de morale, doit certes couvrir ces anomalies. Mais il doit s’assurer de commenter et de clarifier les tenants et les aboutissants de ces manèges anachroniques et destructeurs.

Je ne vous souhaite pas le parachutage d’une directrice dans la TV Chinguetti, le directeur, bien ne le connaissant pas parait sérieux et volontaire, mais je vous souhaite de penser, de réfléchir et de méditer ces réflexions d’un frère qui vous veux du bien et qui ne vous demande qu’a aller un peu plus loin, pour être, a travers votre noble et exaltante action, proche de tout le pays.

De toutes les composantes du pays, de tous les festivals du pays, d’Atar, de Kaédi, de Sélibabi, de Fatou, de Mariem, de Samba, comme de Diallo ou Mohamed. La Mauritanie est belle, quand elle se pare de tous les bijoux de toute la Mauritanie. Sinon sa beauté reste incomplète orpheline, et handicapée.

Tournez vous à l’intérieur de votre pensée et de votre conscience; et d’une voix forte, majestueuse et équitable racontez la Mauritanie. Toute la Mauritanie. Soyez les apôtres de l’unité, de l’égalité et de la justice.

« Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée« . Et « Faute avouée est à moitie pardonnée. », je dirais même « Complètement pardonnée »

J’aurais voulu vous écrire en arabe. Vous semblez privilégier cette belle langue, mais je suis francophone et c’est par ce moyen que je suis habitué à sortir mes idées.

Bonne fête à vous et à la Mauritanie, toute la Mauritanie, dans la beauté et la richesse de sa diversité incommensurable et merveilleuse.

Mohamed Hanefi
Chef dép. Français. Koweït.

Source : mohamed hanefi

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge