Quand le chat n’est pas là, les souris chantent !

imagesLes petits rongeurs si familiers ont un talent caché : ils peuvent rivaliser avec des oiseaux chanteurs.

On avait déjà découvert que chatouiller les rats pouvait les faire rire, aujourd’hui ce sont les souris mâles qui révèlent une capacité assez étonnante : tout comme certains oiseaux, ils peuvent chanter pour faire la cour à leur partenaire potentielle. Mais contrairement aux mésanges et autres rossignols, vous n’entendez pas le chant d’amour des souris car il est trop aigu pour vos oreilles : les vocalises de ces Caruso miniature se situent en effet dans les ultrasons.

Pour les chercheurs spécialisés dans le sujet, la capacité des souris à chanter n’est pas une vraie nouvelle, ils le savent depuis une bonne cinquantaine d’années. Mais les recherches qui viennent d’être menées par une équipe de la Duke University (USA), et publiées dans le journal Frontiers in Behavioral Neuroscience, ont mis en évidence la manière dont les souris mâles peuvent élaborer des chants complexes en vue de séduire la femelle de leur choix. Ils ont ainsi développé une nouvelle approche, étudiant la dynamique des différentes syllabes utilisées, ainsi que le tempo de ces « chants d’amour ».

Apparemment, les souris auraient un répertoire moins étendu que les oiseaux, mais ils exécuteraient leurs meilleures performances lorsque l’objet de leur attention n’est pas à portée de vue mais… d’odorat. « Les mâles chantent de manière plus complexe, et plus fort, lorsqu’ils sentent l’urine d’une femelle mais qu’ils ne la voient pas », précisent les chercheurs, « en comparaison, les chants sont plus longs et plus simples lorsque les mâles chantent directement pour les femelles en leur présence ».

« Nous pensons que cela est en rapport avec le fait que le chant complexe est une sorte de chant d’appel, et lorsqu’il voit la femelle, il passe alors à un chant plus simple pour économiser de l’énergie afin de la poursuivre et de la courtiser en même temps », explique Erich Jarvis, professeur associé en neurobiologie à la Duke University. « J’ai été surpris par lles changements dans ces chants dans les différents contextes sociaux, alors que l’on pensait que les chants étaient innés », ajoute-t-il. « Il est clair que la capacité de la souris à vocaliser est beaucoup plus limitée que pour un oiseau ou un humain, et pourtant il est remarquable de trouver toutes ces différences de complexité dans les chants ». Il y aurait ainsi un sens (pour les souris) à ces chants, qui suivraient des motifs spécifiques.

Quant à la femelle, elle semble apprécier la sérénade : la plupart d’entre elles préfèrent passer du temps près des « chanteurs » qui exécutent les mélodies les plus complexes, ce qui, selon les scientifiques, renforce l’hypothèse que ces mélodies ont une signification.

Malgré tout l’intérêt que peut représenter une comédie musicale façon Roméo et Juliette chez les souris, cette recherche a des buts plus profonds. Les neurologues espèrent en effet que la capacité des souris à modifier les motifs de leurs chants pourrait apporter des indices dans l’étude des troubles du spectre autistique, qui seraient caractérisés par des déficiences dans la communication sociale et, ils le pensent, dans les parties du cerveau qui contrôlent les comportements appris. « C’est pour cela que nous et d’autres scientifiques dans le monde entier étudions les souris, afin de tester les limites de l’apprentissage vocal et sa plasticité, » précise Erich Jarvis.

Source: L’obs

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge