«Quand nous serons au pouvoir, la jeunesse aura beaucoup plus d’espace de liberté pour s’exprimer» dixit Ahmed Ould Hamza

Hamza-CUN
Le Président de la communauté urbaine de Nouakchott (CUN) Ahmed Ould Hamza, connu pour son franc-parler, a mis à profit la conférence de presse organisée hier dans les locaux de mairie centrale de la capitale pour exprimer sa passion pour la musique rap.

Mieux, il a promis plus d’espace de liberté à la jeunesse « quand nous serons au pouvoir » a-t-il dit. Ami de la jeunesse et des jeunes mauritaniens, Ould Hamza est l’un des principaux bailleurs de toutes les activités culturelles organisées en Mauritanie.

Mais jamais, cet homme n’avait déclaré son amour si haut à la musique hip-hop. «J’aime la musique rap, qui est un mélange fantastique. Je suis très heureux d’être un mélange de diverses nationalités notamment mauritaniennes et marocaines.

Je suis donc un métis. Et j’ai toujours soutenu et financé les plus importants shows gratuits de la ville de Nouakchott». Et Ould Hamza de lancer à la figure des gens qui pensent que la culture n’est pas du tout importante dans ce pays : «La culture est le 4e pilier du développement d’un pays».

Mieux, cet homme, convaincu de la liberté d’expression et surtout de l’utilité de la jeunesse dans une société, a dit à qui veut l’entendre : «Quand nous serons au pouvoir, la jeunesse aura beaucoup plus d’espace de liberté pour s’exprimer !

J’aime la musique rap, c’est parce que je prends le temps pour décortiquer les différents messages que les artistes-musiciens envoient à tout le monde. Ceux qui n’aiment pas le rap, n’ont jamais pris le temps pour les messages des rappeurs. Et mon soutien n’est que justice et un acte de solidarité pour ces gens».

Pour le représentant de la région de l’île de France M. Roberto Romero, qui n’a pas caché sa joie d’être en Mauritanie, il a annoncé au cours de cette conférence débat la «bonne» idée d’organisation d’un très grand festival dans toute la région de l’île de France, qui regroupera particulièrement les artistes mauritaniens et français.

Il n’a pas oublié de saluer les artistes qui se sont produits tout au long d’Assalamalekoun festival international pour le grand bonheur du public mauritanien et des étrangers résidents dans ce pays tout en remerciant l’initiateur cet événement culturel, Monza de son vrai Limam Kane. Quant à ce dernier, il a mis à profit son intervention pour remercier ses partenaires la CUN et la région de l’île de France.

Camara Mamady

Source : Le Rénovateur Quotidien

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind