Quatre candidats à la présidentielle du 21 juin déplorent le manque de moyens

presidentiel5candidatsA quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle prévue le 21 juin, certains candidats au fauteuil présidentiel ont commencé à faire des aveux d’échec. Le manque de moyens financiers pour battre campagne a été l’alibi utilisé pour justifier une défaite en perspective.

« Nous n’avons pas de moyens pour nous afficher partout comme Mohamed Ould Abdel Aziz qui a déployé d’énormes moyens pour sa campagne » a déclaré à RFI le candidat Biram Ould Dah Abeid. Ce candidat indépendant qui a pourtant sillonné l’essentiel des villes de l’intérieur, a déploré le contexte dans lequel la campagne s’est déroulée. Pour sa part, la candidate Lala Marième Mint Moulaye Driss, s’est contentée de nier l’information selon laquelle, elle aurait reçu un financement du candidat de la majorité Mohamed Ould Abdel Aziz. «Je n’ai pas reçu d’argent pour ma campagne» a-t-elle dit au micro de RFI. Comme Birame, elle a déploré l’absence de moyens financiers pour battre campagne. C’est pourquoi, elle s’est contentée de quelques déplacements et des campagnes de proximité. Quant à Ibraima Moctar Sarr, il a dénoncé l’utilisation des moyens de l’Etat comme des hélicoptères de l’armée à des fins de campagnes même si celui qui est indexé(le candidat Aziz) dit avoir loué cet appareil et que tout candidat peut bien le faire. Même son de cloche chez Bodiel Ould Houmeidi qui déplore l’utilisation des biens publics pour la campagne. Mieux, il a fustigé cette pratique et mis en garde contre toute manipulation des résultats de l’élection.

A la lecture des déclarations des quatre candidats, on sent aisément qu’ils se préparent à justifier une défaite évidente en perspective. Ce que certains observateurs considèrent comme un aveu d’échec. Car qui dit élection présidentielle doit penser aux moyens pour faire face aux besoins de la campagne.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge