RCA: d’après une ONG, certains soldats tchadiens de la Misca jouent un double jeu

2014-01-16T132321Z_880704827_GM1EA1G1N9F01_RTRMADP_3_CENTRALAFRICAN_0Participer à une opération de paix tout en prenant parti pour un camp : c’est à ce double jeu que se livrent certains éléments tchadiens de la Misca, la force africaine déployée en Centrafrique d’après l’ONG Human Rights Watch et de nombreux témoignages recueillis. Un parti pris de ces Tchadiens en faveur de la Seleka, l’ancienne rébellion en cours de désarmement.

« Des éléments tchadiens de la Misca sans autorisation de l’état-major ont évacué des chefs de l’ex-Seleka de Bangui et de Bossangoa pour les libérer et [leur permettre] de continuer leurs atrocités contre la population, témoigne Peter Bouckaert, directeur des urgences de Human Rights Watch, au micro de RFI. J’ai vu moi-même un grand convoi d’éléments tchadiens de la Misca en train d’évacuer, protéger par des véhicules blindés, un groupe de 8 ou 9 voitures de l’ex-Seleka avec leur général dedans. Après ça, ils sont allés avec les éléments de l’ex-Seleka de Bossangoa, commandés par le colonel Saleh bien connu pour ses atrocités contre la population civile de Bossangoa jusqu’à Sibut avec l’assistance des Tchadiens de la Misca. »

Source: Radio France Internationale

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge