RDC – ONU : rien ne va plus entre la Monusco et le gouvernement

Un blindé de la Monusco en RDC.JeuneAfrique:Entre le gouvernement congolais et les Nations unies, le courant ne passe plus. La coopération entre l’armée et la Monusco serait actuellement complétement rompue.

« Les relations entre le gouvernement congolais et l’ONU traversent une mauvaise passe », a reconnu mercredi 11 mars Martin Kobler, le chef de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco). Et cette déclaration a tout l’air d’un euphémisme. Des sources diplomatiques font en effet état d’une rupture totale de la coopération entre les Casques bleus et l’armée congolaise.

« Les relations entre la Monusco et le gouvernement, mais aussi le président de la République Joseph Kabila, c’est un moment difficile, c’est tendu », a encore précisé Martin Kobler lors d’une conférence de presse à Kinshasa. Or, cette déclaration ne précède que de huit jours l’ouverture des discussions au sein du Conseil de sécurité – qui se tiennent chaque année à la même époque – en vue du renouvellement du mandat de la Mission. Celui-ci s’achève en théorie au 31 mars.

En raison d’un désaccord entre la Monusco et les autorités congolaises, les Casques bleus ne prennent pas part à l’offensive contre les rebelles hutu rwandais dans l’est de la RDC annoncée fin janvier par l’armée congolaise et entrée dans une phase véritablement opérationnelle fin février dans les provinces du Sud et du Nord-Kivu.

L’armée aurait reçu l’ordre de cesser toute collaboration

Martin Kobler a néanmoins démenti que l’armée et la Monusco aient cessé leur coopération, relancée en décembre par la traque contre les rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) dans le nord du Nord-Kivu. Contre « les ADF, c’est une vraie coopération, cela n’a pas changé jusqu’à maintenant », a-t-il affirmé.

« Nos troupes vivent ensemble, mangent ensemble, combattent ensemble dans la brousse […] avec l’armée congolaise, nous participons à la brigade d’intervention » de la Monusco, force spéciale de 3 000 hommes autorisée par le Conseil de sécurité à recourir à la force de manière offensive.

Mais, sous le couvert de l’anonymat, un général congolais a affirmé le contraire. Sur le front des ADF, « nous menons nos opérations avec nos seuls moyens », a-t-il déclaré. Des diplomates vont plus loin en affirmant que l’armée congolaise a reçu l’ordre de cesser toute collaboration avec la Monusco et que la consigne est appliquée depuis quelques jours.

Martin Kobler a une nouvelle fois démenti, citant également la poursuite d’opérations conjointes FARDC-Monusco contre un autre groupe rebelle ougandais, l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), dans le nord-est du pays.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge