Referendum du 20 MARS : Pourquoi les Sénégalais de Mauritanie ont voté NON

RFErendum_coalition_00_2241La situation que vivent les Sénégalais en Mauritanie ne laisse personne indifférent. Depuis l’instauration de la carte de séjour en mars 2012, nos compatriotes sont confrontés à de nombreuses tracasseries liées soit à l’exercice de leurs métiers (pêcheurs, domestiques) soit dans le cadre de leur séjour tout court.
Le scrutin référendaire du 20 mars dernier a été donc une opportunité pour eux de voter NON, non pas pour des raisons politiques, mais plutôt pour attirer l’attention des autorités sénégalaises sur leur situation et au premier chef, le président de la République.
Les Sénégalais de Mauritanie ont voté le 20 mars dernier à l’instar du peuple sénégalais, avec un taux de participation très faible (7%) pour un corps électoral de 13 740 inscrits (chiffre de 2012).
La coalition du NON a remporté le scrutin comme nous l’avions annoncé le jour du vote. L’enseignement qu’on peut tirer de ce référendum, c’est que beaucoup de Sénégalais se sont abstenus de venir voter.
D’autres se sont résolus à rentrer au bercail face aux difficultés liées à leur séjour en Mauritanie. Tandis que ceux qui ont pris la peine d’aller accomplir leur devoir civique ont voté contre le projet du Chef de l’Etat. En effet, nombreux sont les Sénégalais qui ont choisi de voter NON au référendum par mécontentement, ignorant tout du contenu des réformes constitutionnelles qui, disent-ils, ne les concernent pas.
« Les Sénégalais sont fatigués ici, ils sont découragés. L’Ambassadeur doit davantage fournir d’efforts. Il doit davantage s’approcher des Sénégalais. Nous femmes, nous sommes très fatiguées ici dans l’exercice de notre travail de domestique ou de restauratrice. Des rafles à tout moment », dénonce Mme Fatou Niang, militante de l’APR. Sa compatriote Mme Yacine Dibo du parti Rewmi et membre de la coalition du NON embouche la même trompette : « Nous avons voté NON pour attirer l’attention de nos autorités parce que nous souffrons beaucoup ici. Nos autorités ne s’occupent pas de nous. A quoi bon donc alors voter pour un référendum organisé de manière précipitée », souligne-t-elle.
Dans cette explication de causalité, les politiques ne sont pas en reste. Mor Kane Ndiaye, Coordinateur de l’APR en Mauritanie et mandataire de la Coalition du OUI, a indiqué que la victoire du NON n’est pas à mettre sur le dos du Président Macky Sall.
« Ce qui se passe à Nouakchott, le contexte l’explique. Nos compatriotes ont voté NON, pas contre le président Macky Sall, mais contre les autorités de l’ambassade. Avec les tracasseries liées à la carte de séjour et autres difficultés que vivent les Sénégalais en Mauritanie, d’après nos compatriotes, les autorités consulaires et diplomatiques n’ont pas apporté le soutien qu’il faut. Donc en votant NON, pour eux, c’est une manière de montrer leur mécontentement contre les autorités consulaires et étatiques. D’ailleurs, le jour du vote, la police mauritanienne a procédé à des rafles de Sénégalais qui venaient vers les bureaux de vote. Et malgré les efforts fournis par l’ambassadeur pour libérer certains, beaucoup de nos compatriotes ont décidé de ne pas sortir. Ce qui explique entre autres le faible taux de participation. Des dispositions doivent être prises par nos autorités pour alléger la souffrance des Sénégalais », a soutenu M. Ndiaye.
Pour sa part, Mamadou Niasse Diagne du PDS, mandataire de la coalition du NON, met l’accent sur la situation que vivent ses compatriotes. Il dit :
« Les Sénégalais souffrent ici, et aucune action véritable n’est menée pour apporter une solution. Des Sénégalais sont traqués, menottés, reconduits à la frontière comme des malfrats pour défaut de carte de séjour. Malgré les efforts fournis par l’ambassadeur, le problème reste entier. Actuellement il y a de nouvelles conditionnalités pour l’obtention de la carte de séjour. Il faut un certificat de résidence, un certificat médical et un casier judiciaire. Ce qui constitue un goulot d’étranglement pour nos compatriotes. Il faut que le Président Macky Sall revoie sa politique en Mauritanie et au niveau de la sous-région où nos compatriotes souffrent davantage ». Pourtant, à en croire l’ambassadeur Mamadou Tall, lui et ses collaborateurs font de leur mieux « pour alléger la souffrance des Sénégalais ». Toutefois, le diplomate reconnaît « l’existence de difficultés dans le traitement de certains cas ».

Ibou Badiane (Correspondant en Mauritanie)

Source : Sen360

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge