Réflexion à Nouakchott sur la portée et les enjeux de l’audiovisuel


La Haute autorité de presse et de l’audiovisuel (HAPA) de Mauritanie a organisé mercredi à Nouakchott une réflexion sur les enjeux et les défis de la libéralisation de l’audiovisuel, en vigueur il y a quelques mois en Mauritanie.

A l’ouverture des travaux, le président de la HAPA, l’ex-ministre de l’information, Hamoud Ould M’Hamed, a relevé que la Mauritanie fait face aujourd’hui à un univers nouveau ‘’très technicisé’’ où la révolution des transports et des télécommunications a brisé les frontières, faisant du monde un marché.

 »Cette situation nécessite plus de savoir-faire, plus de compétence et d’esprit d’équité, plus d’efficacité et de transparence pour résoudre les multiples problèmes de l’instant’’, a-t-il indiqué.

Au sujet de la régulation, le président de la HAPA a précisé qu’elle se définit par l’abandon par l’État de certaines de ses prérogatives en faveur des organes indépendants afin de favoriser l’émergence d’institutions disposant de l’autorité, des moyens, de la volonté et de la crédibilité nécessaires pour faire régner l’égalité et le droit dans des secteurs où le principe de la concurrence est de règle.Trois télévisions et deux radios privées mauritaniennes ont commencé à émettre en 2012. Deux des trois télévisions diffusent à partir de l’étranger, à savoir Chinguity TV et El Mourabitoune TV.

La HAPA avait, au mois de novembre 2011, autorisé l’ouverture de cinq radios et de deux télévisions. L’une des télévisions n’a pas encore démarré.

Les Mauritaniens manifestent de l’engouement pour des médias libres qui traitent de tous les sujets et reflètent fidèlement leurs problèmes et préoccupations.

Source: APA

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge