Reine Autruche…

Ould Abdel Aziz est finalement rentré le samedi dernier (8 juin), après plus de trois semaines de villégiature, ou de soins, on ne sait pas, en Ahmed cheikh lecalameFrance.  Hormis une vague réunion sur le Mali, à Bruxelles, au début de son séjour, et une apparition à l’Elysée, à sa fin, personne n’a la moindre idée de ce que notre président faisait dans la capitale gauloise.

On raconte qu’il avait un rendez-vous avec son médecin qui le traitait des suites de la balle ‘’amie’’, reçue en octobre dernier. Mais aucun communiqué officiel ni bulletin de santé ne sont venus éclairer notre lanterne, sur le véritable état de l’auguste intestin. Nous sommes, pourtant, en démocratie et le président n’est pas censé se comporter  en tyran, n’ayant de compte à rendre à personne. Un communiqué sibyllin aurait pu suffire pour qu’on ne nous prenne pas pour des crétins qui n’ont le droit de savoir que ce qu’on veut bien leur dire. L’heure est suffisamment grave pour exiger justification d’une vacance aussi prolongée du pouvoir. Le foyer de tension qu’est  le  Mali n’est toujours pas éteint. La crise politique qu’on vit depuis 2009 n’a pas baissé d’un cran, malgré la décision de la CENI d’organiser des élections en octobre prochain. Le Ghanagate n’a toujours pas connu son épilogue. Les tensions sociales sont plus que vivaces. Et notre président se permet d’aller vadrouiller sur les Champs Elysées, comme un touriste insouciant ! Il n’a pourtant laissé les clés de la maison à personne. Certes, l’armée veille au grain, surtout quand son chef est absent, mais les affaires courantes n’étaient même pas gérées, durant la période. Certes, le pays ne tournait pas au ralenti, il ne tournait même pas. Avec un Premier ministre incolore et inodore, mal entouré, incapable de prendre la moindre décision et dont le principal souci est de placer les siens dans n’importe que poste laissé vacant. Oui, Ould Abdel Aziz a choisi quelqu’un qui ne risquait pas de lui faire de l’ombre. Sans parler des ministres, insipides à souhait et dont le manque d’initiative semble être la marque de fabrique.

Notre guide éclairé pouvait-il donc dormir sur ses lauriers ? Avec une armée verrouillée et au pas, une opposition qui se contente de meetings et de slogans, il n’aurait pas de quoi être inquiet ? Serait-il immunisé ? Un régime dont les fondations sont instables, d’essence putschiste et sourd à tout dialogue, ne peut, normalement pas, dormir sur ses deux oreilles. La chute, brutale, le menace perpétuellement, à moins que ce ne soit la fatalité même de sa nature. L’alternative ? Se préparer, en toute simplicité, à partir tranquillement, par le jeu régulier d’une volonté populaire enfin respectée : écouter les gens, tous les gens ; dialoguer ; chercher le consensus ; organiser, collégialement, des élections réellement ouvertes à tous, excluant toute implication des autorités publiques, civiles ou militaires…

Mais il semble bien que la seule éventualité d’un désaveu objectif soit, tout bonnement, odieuse à l’ego du despote. Incapable de seulement l’envisager, il en rejette soigneusement les prémisses, niant toute objectivité à la moindre contestation, l’excluant, plus ou moins habilement, de la légalité citoyenne. On réduit donc la démocratie à l’emballage et au pays de tous les sables, l’autruche reste reine. En attendant le prochain putschiste. Et dire que certains crient au génie ! Pauvre, pauvre Mauritanie…   

Ahmed Ould Cheikh

Source : lecalame

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge