Religion : La tradition malikite pour combattre l’extrémisme en Mauritanie

Jemal OumarRapideInfo: [Mahgarebia/Jemal Oumar] « Le rite malikite constitue depuis des siècles un lien culturel fort et un pont d’érudition, » explique le ministre des Affaires islamiques Ahmed Ould Ahl Daoud (à gauche).

Pour lutter contre l’extrémisme auquel la jeunesse du Maghreb est confrontée, la Mauritanie a choisi de mettre en lumière l’histoire locale et les traditions modérées du rite malikite.

À cette fin, le ministère des Affaires islamiques a organisé, les 21 et 22 janvier à Nouakchott, un séminaire consacré à la marji’ya spirituelle et idéologique des Mauritaniens.

« Un tel séminaire, conçu pour se dérouler dans plusieurs régions de Mauritanie dans les jours qui viennent, a pour objectif de promouvoir une culture de tolérance religieuse et de combattre l’idéologie extrémiste qui a commencé à se répandre dans les sociétés du Maghreb, » a expliqué Sheikh Ould Zein Ould al-Imam, membre de la Ligue des intellectuels religieux mauritaniens, laquelle a contribué à organiser l’évènement.

« Les sociétés du Maghreb dépendent du rite malikite depuis l’introduction de l’Islam en leur sein, et elles ont donc toujours été caractérisées par la modération. Toutefois, avec l’expansion de l’idéologie extrémiste venue de l’étranger pour envahir le Maghreb, les sociétés maghrébines ont commencé à être confrontées au défi de l’idéologie religieuse extrémiste », a-t-il ajouté.

« Au sein de la Ligue, nous relèverons ce défi avec des séminaires scientifiques comme celui-ci, qui expliquent aux populations les valeurs du véritable Islam, qui renonce à la violence, respecte l’autre et cherche le bonheur de l’homme en encourageant un équilibre spirituel et intellectuel, », a-t-il poursuivi.

« Si les sociétés des pays du Maghreb adhéraient aux préceptes de tolérance de l’Islam tels qu’ils sont prônés par le rite malikite, elles seraient immunisées contre l’idéologie des groupes jihadistes, » a-t-il conclu.

« Le rite malikite constitue depuis des siècles un lien culturel fort et un pont d’érudition entre les peuples du Maghreb arabe, ainsi qu’un élément d’unité et de rapprochement entre les populations de cette région, » a déclaré le ministre des Affaires islamiques Ahmed Ould Ahl Daoud à l’inauguration de ce séminaire.

L’adhésion des Mauritaniens aux valeurs de modération et de tolérance a fait d’eux les ambassadeurs de la science, de la paix et de la moralité dans le monde entier, a-t-il ajouté.

Ce séminaire intervient à une époque où la déviance intellectuelle frappe de plus en plus les jeunes. Certains pays du Sahel, comme le Mali, ont cherché à tirer profit de l’expérience du Maroc en matière de confrontation idéologique avec les extrémistes.

Il y a quelques mois, le Mali a reçu un groupe d’imams qui revenaient du Maroc après y avoir suivi pendant deux ans une formation religieuse sur les valeurs de la tolérance et la confrontation avec l’extrémisme.

Maghress.com avait précédemment rapporté des propos du cheikh Thierno Hady Thiam, président du Conseil fédéral national de l’ordre Tidjani au Mali, selon lesquels les deux pays ont partagé des siècles durant les mêmes bases culturelles, en particulier l’Islam sunnite et le rite malikite.

Il a invité les imams maliens présents au Maroc à profiter de leur séjour dans le royaume pour renforcer leur connaissance des valeurs de tolérance, de paix et d’ouverture à l’autre.

Pour sa part, l’historien du Maghreb Kabad Ould Abdelrahman a formulé un commentaire sur la souplesse et la modération du rite malikite, déclarant qu’il est proche de la source originelle de l’Islam et se réfère au texte sacré. « Ceci lui a donné sa souplesse, incarnée dans la compréhension de la réalité, qui conduit à l’ouverture et permet d’échapper au takfir, » a-t-il déclaré.

« Le takfirisme est apparu avec les Kharijites et les groupes jihadistes qui ont adopté l’extrémisme en raison de la propagation de l’ignorance, de la pauvreté, de la corruption morale et de la répression ; les jeunes ne font que réagir aux politiques de quelques pays forts qu’ils considèrent comme apportant leur soutien aux dictatures, » a-t-il indiqué à Magharebia.

« La lutte contre le terrorisme se livre au moyen de programmes éducatifs, économiques et politiques, » a-t-il conclu.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge