Remercie le Ciel de n’être pas mauritanien…

nouneOn aura tout fait pour interpeller ces barbares pour te permettre d’avoir la nationalité de ton père, tout Ould que tu es, mais ces gens sont des petits types comme notre vulgaire makhzen peut seul en cloner. Même un visa pour rentrer chez toi, ils en font toute une histoire jusqu’au ministre qui se dit prêt à cautionner une opération commando mais jamais lever son petit doigt pour arrêter l’ignominie administrative.

Finalement, à bien y réfléchir, à quoi te servirait la nationalité mauritanienne ? D’être libre qui peut voyager partout dans le monde civilisé, tu deviendrais un captif d’un pays misérable où règne des pauvres tribus qui se croient le nombril du monde et dont l’héritage culturel en est la preuve inébranlable. Y a qu’à voir l’héritage architectural, l’héritage musical, l’héritage culinaire, l’héritage littéraire, l’héritage guerrier, en un mot, leur Mauritanie que nous envie l’univers entier.

D’être libre ayant droit en France à la santé gratuite ou presque, tu aurais fini ici dans ce pays du million de cobayes aux mains de médecins qui vivent comme des demi-dieux et exercent dans l’impunité totale. Si l’un est compétent, il te faudra remuer l’univers pour mettre la main sur lui sinon c’est à tes risques et périls car tu devras te fier à l’imposteur qui t’attend dans un de nos mouroirs hors de prix qui rapportent une fortune à des malfaiteurs dont pas un n’a jamais eu affaire à la justice malgré tous les crimes que chacun connaît.

Ensuite, après ces génies comme autant de borgnes au royaume des aveugles sans parler des demi-médecins formés au rabais, tu aurais droit à de lourdes ordonnances comme si elles étaient délivrées par des robots programmés sans souci de mise à jour. Tant qu’il s’agit de palu, de parasites basiques dans l’estomac ou de n’importe quoi de bénin, tu aurais une chance mais au moindre mal qui demanderait plus de science, tu serais foutu car chez nous, les médecins ne disent jamais ne pas savoir car ne sachant rien ou presque à la base, ils doivent paraître infaillibles jusqu’au bout et quand tu vas chez un autre et qu’il voit les bêtises de son confrère, il le protégera par esprit de corps quel que soit le crime.

Quant à l’éducation, si tu n’arrives pas à avoir une place au lycée français, tu auras droit aux lycées privés mauritaniens ou turcs comme autant de chinoiseries.

Pour avoir un papier de l’administration, tu devras avoir le bras long ou faire jouer toute la tribu si la tienne existe réellement car en matière de services, toutes les tribus ne se valent pas. Il y a des tribus où les membres s’entraident quand d’autres sont des spécialistes des visites lors d’un décès ou d’une nomination : là ils arrivent par paquets sinon ils sont absents comme les tribus imaginaires.

Pour te nourrir si tu veux sortir du menu du bédouin lambda et vivre comme la classe moyenne qui peut s’offrir quelques douceurs : des épiceries de luxe pour la bourgeoisie du tiers-monde t’attendent pour te vendre à prix d’or les produits invendables en Europe pour cause de dates limites pour les produits alimentaires hors conserves. 

Quant à l’atmosphère avec tes compatriotes, tu vivrais dans un monde où la haine a été cultivée entre les noirs et les blancs, entre les races, entre les ethnies, même au sein des uns et des autres et tu devrais te taire ou choisir ton camp par instinct de survie en continuant à dire tout haut «  merehba  » en pensant tout bas « workharst ». L’hypocrisie deviendrait ta seconde nature.

Quant au reste de ta qualité de vie : tu vivrais comme dans une caserne du tiers-monde dans une capitale comme sous couvre-feu à partir de 23H30. Pas de cinéma, pas de concert, pas de théâtre, zéro culture ou presque.

Quant à voyager, si tu n’avais que la nationalité mauritanienne, tu vivrais comme un rat emprisonné aux mains du système qui tient ta vie, ton avenir et pour sortir, il te faudrait un visa pour la majeure partie du Maghreb et tous les pays arabes sans parler de l’occident pour lequel tu serais un clandestin potentiel quand seuls te recevraient les bras ouverts sans visa les pays de la CEDEAO que ton pays a quittée car se croyant trop arabe pour en être.

Le seul intérêt pour toi d’avoir la nationalité mauritanienne, c’est d’avoir celle de ton père mais là encore, crois-moi, si je pouvais rejoindre la tienne et leur jeter la leur, je le ferais car je n’ai qu’un regret c’est de n’y avoir jamais songé quand je pouvais car jamais je n’aurais cru que mon pays serait aux mains de gens si petits et si méchants. 

Source: VLANE

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge