Réponse de Cheikh Ould Baya à Meyloud Ould Lekhal.  

Droit de reponse

Monsieur Meyloud Ould Lekhal,

 J’ai lu un article sur cridem (17 juillet 2014) où vous prétendez que depuis 2005 je me suis acharné contre les armateurs « respectables « que vous représentez. Contrairement à vos très nombreux « articles » sous  pseudo qui m’accusent de tous les maux imaginables, celui-là est signé de votre main et c’est pourquoi je voudrai apporter ces quelques précisions.

Tout d’abord, je ne suis mêlé  ni de près ni de loin à cette histoire qui vous accuse d’être une « taupe des européens » et l’aurais-je été,  que cela ne serait certainement pas à travers le site Taqadoumy.

Ce site m’a déjà aussi accusé d’être un parrain de la drogue -excusez du peu- ayant un compte en suisse, un port au sud de Nouakchott etc.

Il aurait été plus simple de trouver la source de ce site au lieu de délirer. Vous attaquer à votre souffre-douleur habituel, ne lavera pas votre honneur, si tant est qu’il s’agit de cela. D’ailleurs si un jour je devais parler de vous en mal, il ne s’agira pas d’allégations sous pseudo.  Tout le monde connaît votre parcours privé et professionnel, mais mon obligation de réserve m’astreint  au silence,

et c’est pourquoi j’ai n’ai donné aucune suite à vos allégations anonymes récurrentes.

Monsieur Meyloud, depuis 2005, beaucoup de choses ont changé en Mauritanie et pas seulement le secteur des pêches. Je n’ai été que l’exécutant dans ce dernier, de la politique de l’Etat et plus particulièrement dans les domaines de la surveillance et du contrôle en mer  (DSPCM) qui m’ont été confiés. L’artisan de tout ça vous le connaissez et lui vous connaît très bien. Mais c’est vrai qu’il est plus facile de tirer sur l’exécutant ne serait-ce que pour se défouler.

La gangrène était très sévère et la thérapie a été douloureuse pour tous les opérateurs, y compris ceux qui se croyaient intouchables.

Monsieur Meyloud, vous savez que les navires que vous consignez ont échappé à tout contrôle sous un prétexte technique fallacieux dont la parade n’a été trouvée qu’en 2012 avec le nouveau Protocole RIM-UE, qui a institué l’obligation de transbordement au Port de Nouadhibou, mesure que vous avez combattue et qui est aujourd’hui une réalité ô combien salutaire pour le pays.

Monsieur Meyloud, la Mauritanie a exclu les cephalopodiers européens ce qui a, de facto, mis sur la paille des consignataires très proches de moi. Contrairement à vous, eux sont ruinés. Je le savais d’avance, mais un fonctionnaire n’a pas d’état d’âme s’agissant d’accomplir sa mission, son devoir.

Et puis franchement, pourquoi devrai-je vous cibler plus que les autres ? Même si on ne se connaît pas particulièrement, tous les autres consignataires m’étaient parfaitement inconnus. Si je pouvais avantager, je l’aurais donc fait pour vous en premier. Mon problème, c’est que vous outrepassez votre rôle de consignataire en défendant les navires qui ont le plus pillé nos eaux. Et la surveillance mauritanienne n’est pas la seule à le dire…

En définitive, je pense qu’il est temps que vous leviez le pied. Vous vous êtes battu -en me diffamant sur tous les toits-, contre le transbordement, contre la  » bouée 10″, contre le zonage, contre les 2%, contre les taxes portuaires, contre la redevance de 123€, contre les 60% de marins mauritaniens, bref contre tout ce que la Mauritanie voulait et qu’elle a eu…

Vous n’avez jamais remporté, ne serait-ce qu’une manche, et il est temps que vous vous rendez compte que la diffamation, même si elle est censée faire mal à une personne, à une famille, ne peut infléchir la politique d’un état, et tous les deux nous sommes bien peu de chose par rapport aux intérêts de la Mauritanie.

Dans toute la Mauritanie, sur une carrière de 40 ans, vous êtes le seul avec votre pseudo journaliste à vouloir attenter à ma moralité. Vous savez pourtant que si cela était fondé vous seriez depuis longtemps redevenu un va-nu-pieds.

Alors de grâce, arrêtez de vous lamenter en me traitant d’être le pire des malfrats, ou alors avancez autre chose que des allégations et  surtout assumez-les vous même.

Ps:

Le Directeur dont a parlé le site Taqadoumy, qui était le point focal par défaut de l’Accord de Pêche est, et reste la cheville ouvrière de la coopération Internationale du MPEM. Il n’a rien à se reprocher et tous ici au MPEM l’apprécient et le respectent.

Le point focal de l’Accord de Pêche redevient le Directeur de la Pêche Industrielle comme toujours, depuis le départ de son prédécesseur qui était souvent indisponible pour raison de santé.

CHEIKH OULD BAYA

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge