République de Mauritanie : La présidente Salka Mint Sid’Ahmed décide:

REPUBLIQUE DE MAURITANIE

HONNEUR – FRATERNITE – JUSTICE

La présidente Salka Mint Sid’AhmedLa présidente Salka Mint Mohamed Sidahmed décide : Article 1 : de nommer Mohamed Khouna Ould Haidalla comme président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), 1er adjoint Lô Gourmo Abdoul. Le général Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed est chargé de convoquer les concernés pour la mise en place tout en leur remettant tous les équipements : voitures et matériels d’informatique. Article 2 : Le général Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed est chargé avec le SG de la présidence Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, le ministre de l’intérieur Mohamed Ould Mahmoud Ould Brahim de changer le fichier qui porte le nom de république islamique de Mauritanie par le nouveau fichier république de Mauritanie à l’instar de toutes les républiques de l’Afrique occidentale française (AOF) et d’autres pays africains. Des conseillers français et onusiens seront chargés de l’encadrement et le lancement de nouveaux passeports ainsi que tous les autres documents étatiques y compris les billets de banque. Désormais le passeport au niveau de l’ONU est intitulé république de Mauritanie. Article 3 : Le délai de validité des pièces en cours doit être déterminé par ladite commission. Article 4 : Le général Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed est chargé de lancer des mandats d’arrêt internationale sur la base des services de renseignements français, Américains des personnes suivants : l’ancien colonel Maouiya o.Sid Ahmed Taya , le colonel Ely o. Med Vall, l’homme d’affaires turc qui le représente en Mauritanie, Aicha mint Ahmed Tolba, Ahmed O.  Maouiya O. Sid Ahmed Taya, Mohamed O.Abdel Aziz le général qui a reconnu la corruption devant la presse, son fils Bader O. Mohamed Abdel Aziz, l’ancien premier ministre Yahya O. Hademine toute cette liste précitée doit répondre devant la justice, nul n’est au-dessus de la loi. La présidente lance un appel à l’état de Qatar de livré à la justice Mauritanienne  l’ancien Colonel Maouiya et son épousé Aicha. Article5 : Toutes les banques islamique doivent répondre devant une commission préside par le général Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed  son membre, le ministre de la justice Brahim Daddah, ministre des finance El Moctar o. Diay, le gouverneur de la banque centrale de la Mauritanie Aziz ould dahi, le bâtonnier de l’ordre des avocats de Mauritanie. Le statut des banques islamiques est contradictoire à celui du statut républicain. Article 6 : Le général Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed est chargé de désigner une commission auprès du ministre de l’intérieur Mohamed Ould Mahmoud Ould Brahim pour le contrôle des ONGs qui font des collectes de fonds pour le Ramadan (Iftar Saïm) ou autre motif pour une enquête de moralité, car tout argent des ONGs appartient à l’Etat au même titre que les impôts. La présidente «recommande aux pays et organisations donateurs de réviser leur méthode inappropriée de dons ceci rentre dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le radicalisme et autres.»
Sur RFI : Emission internationale, TV5monde, le quotidien Le monde en date du 14/06/2015 était invité le président de l’association France Kurdistan Kandil Mazal. La journaliste : «Pourquoi la Turquie n’a pas fermé ses frontières devant Daech. Les frontières sont seulement 800 km. La Turquie est un pays puissant, elle est capable de surveiller ses frontières si elle en a la volonté?». Kandil Mazal répond «La Turquie accorde un soutien logistique matériel à l’état islamique, facilite et organise des départs pour l’Etat islamique ou le Daech, à partir des mosquées, on recrute les combattants, ceci bien sûr sur orientation de l’état de Turquie. Les armes sont toujours livrées par les mosquées qui indiquent l’adresse où on peut se procurer une arme ou des munitions, l’état islamique contrôle 50% de l’état de Syrie, les Kurdes sont des sunnites mais c’est un pays qui a été divisé en trois parties contrôlées par la Turquie, l’Irak et l’Iran. Les Kurdes peuvent avoir un état en Irak car c’est un état affaibli. » Le journaliste « que pensez-vous du président Rajeb Tayib Erdogan, est-ce qu’il va faire attention après son élection en 2014 et après la prise de position vis-à-vis de Cobané? » Kandil Mazal: « Les Kurdes étaient indignés à la prise de position vis-à-vis de Cobané. Le président Rajeb Tayib Erdogan a perdu pour la première fois dans les élections. Son jeu c’est une coalition entre les Kurdes et les Turcs mais les Kurdes sont des Sunnites. » La journaliste « où sont les Kurdes, ils souhaitent la chute de Bachar ? » Kandil Mazal: « On oublie que c’est une guerre de religions. Le président Erdogan n’a pas la majorité, il appelle à l’unité mais c’est la fin de l’autocratie, son discours en 2008, il appelle à la libération du Kurdistan en Iran, la majorité sont des persans, les Kurdes sunnites sont discriminés par les autres en tant que sunna. » La présidente : La Turquie doit se comporter comme un état et ne pas soutenir les organisations terroristes qui portent le Hijab de l’islam, ce n’est pas seulement Kandil Mazal qui le dit, ce n’est pas un secret pour personne en 2005 en Mauritanie on a vu pour la première fois les turcs à Nouakchott et on parle dans les salons que l’état mauritanien a une orientation qui vise qu’il soit un modèle Turc. Les échanges économiques et la sécurité ont eu lieu, Ely Ould Mohamed Vall s’est rendu en Turquie. Rajeb Tayib Erdogan autorise ses avions réguliers deux fois par semaine à sillonner toute l’Afrique, la communauté turque la plus présente au Maroc, en Mauritanie et au Sénégal. Ils ont bénéficié de plusieurs agréments de banque islamique pour le blanchiment d’argent. Rajeb Tayib Erdogan est l’ami à Maouiya et Ely Ould Mohamed Vall. Il tend la main au roi du Maroc Mohamed VI et échange leurs idées et leur économie en Afrique et particulièrement en Mauritanie où la plupart des échanges se passe ici la corruption de l’administration qui est particulièrement formée au Maroc, ce circuit économique a été soutenu par la Libye de Mouammar Kadhafi. La Turquie a sa part de responsabilité dans les génocides en Syrie et au Yémen.  Le constat : les banques islamiques ont été créées juste après la décision prise par le monde entier pour la lutte contre les biens mal acquis, l’argent du terrorisme international et les paradis fiscaux. Comment voulez-vous faire une lutte contre des organisations terroristes, les crimes économiques, les passeurs et des
trafiquants des êtres humains qui portent la religion comme rideau ou une opposition armée qui cherche l’accès au pouvoir sous étiquette de la démocratie. Il faut que les pays qui prennent la religion comme slogan décident de supprimer : l’islam, Allah Akbar telle la Mauritanie, l’Iran, Pakistan, Irak, Turquie mettent en application la charte de l’ONU qui définit les valeurs de la république, le cas échéant en cas de refus ou autre, il faut l’usage de la force de l’ONU et les huissiers pour fermer les états jusqu’à la mise en exécution et l’implantation des républiques. Pourquoi l’UE, l’ONU, l’UA, les USA reconnaissent un état religieux terroriste. Finalement les élections pour la démocratie exemple la Mauritanie a toujours bénéficié des aides des financements pour des élections souvent falsifiées pour avoir une démocratie malade et agonisante.» La présidente : « recommande au président François Hollande de dissoudre l’organisation France Kurdistan et toutes les filières d’ONG qui soutiennent l’état islamique et n’accompagnent pas son orientation contre l’antisémitisme, terrorisme, et ne reconnaissent pas l’état Israël et son nouveau plan de paix. Kandil Mazal et toute la communauté kurde qui revendiquent des territoires qui étaient autre fois un état, ceci est révolu; chaque décennie, on perd des frontières, des territoires, des langues, des ethnies, combien de pays ont disparu sur la carte géographique. Le premier c’est Gonduwana, en Mauritanie par exemple les ethnies comme les Sanhaja, les Znaga, les Bambara, Nanme ont disparu. Seuls les colons qui sont venus faire des nouvelles frontières sur plusieurs critères de la bonne gouvernance dont la sécurité, la gestion des ressources, les monnaies qui existent mais jamais la religion, on ne peut pas faire créer un état sur une secte religieuse, le Kurdistan a existé autrefois mais il a disparu, il faut soutenir les états et éviter l’anarchie.
Le président du Soudan Omar El Bechir à chaque fois qu’il se déplace pour assister à un sommet, la CPI relance la requête auprès du pays hôte pour son arrestation. La présidente : « il est toujours incompréhensible que la CPI reçoit des procès verbaux incomplets et infondés et agit en conséquence surtout qu’il s’agit toujours d’une seule personne : le président de la république. Sans enquête au préalable qui justifie l’accusation qui est responsable? Est-ce qu’il y a des écrits qui ont été délivrés auprès de l’exécutif de la part du président Omar El Béchir pour commettre le crime ou génocide avant de livrer le mandat d’arrêt, il faut que l’enquête soit faite et en cas de guerre civile, l’adversaire ne peut être innocent. L’amalgame se situe toujours dans les rapports confidentiels, car la vérité fait mal aux yeux comme le dit l’humoriste de la RFI Mamane. A mon sens, le dossier doit être rejeté et classé sans suite pour la paix entre le peuple soudanais. Le dossier de l’ancien président Hissène Habré lui seul est conduit devant la justice arrêté depuis plus de 8 ans et des millions d’argent ont mobilisés pour le procès. Je propose que les fonds destinés à ce jugement soient destinés aux parents des victimes de la guerre et du génocide. A cette occasion, je lance un appel aux donateurs particulièrement l’état du Tchad pour la collecte des fonds qui doivent être mis à la disposition de la justice sénégalaise pour instaurer la paix sociale entre le peuple tchadien et à l’insertion dans la vie active de ces familles (l’agriculture). L’ancien président Hissène Habré doit être libéré avec l’assurance de sa sécurité permanente assurée par l’état du Sénégal, les frais de cette sécurité sont à la charge de l’état du Tchad. Il ne peut être jugé sans le président Idriss Deby et toute la liste. Le président du Sénégal Macky Sall doit désigner un médiateur accompagné des conseillers juridiques français indépendants pour classer ce dossier sans suite. Concernant le président Idriss Deby, il ne peut être qu’impliqué dans ce dossier, il doit reconnaître l’injustice vis-à-vis de l’ancien président Hissène Habré. Ce dernier doit accepter la paix et la réconciliation. Désormais toute arrestation ou poursuite doit être précédée par une enquête à la demande de la CPI après avoir vérifié minutieusement avec les services concernés et des services de renseignements des pays particulièrement ceux de la France doivent être associés. Les ONGs sont accusées de corruption et leur appartenance aux réseaux du roi du Maroc Mohamed VI qui est le principal accusateur avec Kadhafi maintenant il est le seul avec ses conseillers en matière de terrorisme.» Au Yémen, la présidente propose une trêve pour les opérations humanitaires après le succès de l’opération tempête décisive; recommande au roi Selman ben Abdel Aziz Al Saoud et au président François Hollande de désigner un émissaire français soutenu par le Sultanat d’0mman qui est jusqu’ici neutre dans ce conflit pour faire une feuille de route pour le désarmement, la réconciliation et l’organisation des élections libres et transparentes à l’exemple de la France au Mali.
On cite Aljazeera, BBC, RFI, Africa N°1, Al Arabiya, France24, TV5Monde, CNN Euronews, Mont Carlos, Jeune Afrique, Monde diplomatique, El Ghods, Gardienne, le site Mushahide, Essirage Nouakchott, le 22/06/2015  Salka Mint Sid’Ahmed, Présidente mintsidahmedsalka@yahoo.fr

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge