Rosso : Société des Bacs de Mauritanie, l’impossible transition d’un directeur gabégiste à un adjoint faible et incompétent…

rosso_bac_acf45bd8ecLa société des bacs de Mauritanie (SBM) doit connaitre les jours ou semaines prochaines la fermeture d’une difficile page de son histoire; son directeur budgétivore Cheikh Néma qui a bénéficié de ses droits à une retraite rocambolesque, doit passer le relais à son adjoint conformément aux textes en vigueur de la société.

En attendant la nomination d’un nouveau directeur ou l’acceptation d’une continuité improbable de l’adjoint. Or il se trouve que cet adjoint n’a ni les capacités ni les compétences requises pour assurer ne serait ce, que pour quelques mois à plus forte raison continuer à gérer une société complètement dépravée par son prédécesseur…

Pour s’en rendre compte, il suffit d’interroger le plus jeune badaud rencontré au bac, pour avoir des informations vérifiées de l’état de déliquescence dans lequel se trouve l’établissement. Le pauvre personnel est soumis à une diète depuis que l’ex directeur s’est vu confié des taches émanant de son gendre le président de la république Mohamed Abdel Aziz.

Les deux bacs qui font la navette entre les deux rives du fleuve, sont au bout du souffle, leurs moteurs longtemps colmatés arrivent à peine à maitriser une bonne, rapide et régulière conduite des bacs. Ajouter à cela la rouille qui ronge les carrosseries des bacs et la cherté de services en deçà des normes requises de sécurité de navigation des personnes et des biens.

Le conseil d’administration du bac composé de essentiellement de véreux corrompus, à une ou deux exceptions près de syndicalistes ou représentant des employés, était assujetti à l’ancien directeur, qui dictait aux membres de ce conseil toute décision qu’il voulait prendre, dans le choix des chapitres du budget ainsi dans les nominations et licenciements.

La plus spectaculaire était l’achat par l’ex- directeur de deux véhicules au bénéfice du président du conseil d’administration dans l’une des sessions du CA afin d’avoir ses sentiments, ajouter une main de fer mise sur les délégués des employés qui ne peuvent dire mot. Ces derniers ne bénéficient d’aides sociales depuis plus d’un an, plus de 15 millions d’ouguiya, que l’ancien directeur boulimique utilisait à ses fins propres.

Source: Futureafrique

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge