Roue électorale en Mauritanie

vote
La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) examine discrètement l’éventualité de l’annonce au cours de la semaine prochaine des délais définitifs des futures élections législatives et municipales.

Une orientation qui contraste avec sa décision antérieure portant sur l’organisation de ces consultations en septembre et  octobre  prochains. Toutefois, cette intention de la CENI demeure tributaire d’une part de la publication du gouvernement d’un décret réduisant les périodes du recensement national à vocation électoral (RAVEL)  et des d’autre part par  la révision des listes électorales de sorte à permettre la tenue de ces élections fin octobre.

Ce projet discret de la CENI continue en gestation à un moment où des informations obtenues auprès de proches du Président de la République M. Mohamed Ould Abdel Aziz, révèle sa décision de prendre à contribution l’actuelle conjoncture sous-régionale pour ruser avec ses opposants ainsi que pour pousser les élections dans les délais initialement arrêtés par la commission.   Des délais qui correspondent aux dates catégoriquement  rejetées par la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) tant qu’un gouvernement indépendant n’est pas créé dont la mission serait de superviser la tenue d’élections transparentes et crédibles.   Toute cette verve électorale perceptible chez les cercles officiels, conduisant des observateurs à affirmer l’engagement du pays dans une période préélectorale certaine, corroborée par les départs attendus des membres du gouvernement en précampagne. Verve qui  se trouve aussi renforcer par le fait que le printemps arabe a été partout décevant,   dés lors où il n’a pas abouti à l’alternance pacifique escompté. Une désillusion qui a conduit des Etats à prendre du recul sur ces changements brusques aux conséquences institutionnelles, matérielles et humaines considérables. Un constat qui joue en faveur du pouvoir mauritanien qui se glorifie d’avoir abattu les prêcheurs du « dégage »  sur tous les plans politique, sécuritaire et même dans la rue, avec une mobilisation de centaines de milliers de sympathisants contre des dizaines de milliers pour les opposants.

rapideinfo

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind