Sahara média diffuse, en exclusivité, un enregistrement montrant les otages français détenus par AQMI au nord Mali (vidéo)


Sahara média est entrée en possession d’un enregistrement vidéo exclusif montrant 6 otages français détenus par Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) au nord Mali et dont quatre ont été enlevés, l’année dernière au Niger où ils travaillaient pour le compte de la société Areva alors que les deux autres ont été kidnappés dans le nord Mali.

Otages au Nord du Mali (AQMI)

Dans cette vidéo, dont l’enregistrement remonte aux derniers mois du pouvoir de Sarkozy, l’un des otages, répondant au nom de Philipe (54 ans) déclare qu’il avait été enlevé alors qu’il se trouvait en mission dans la commune de MBouri (Niger) et qu’il traverse des conditions difficiles à cause d’une grave maladie et du fait qu’il n’a pas pu utiliser ses médicaments depuis trois mois (avant la date de la vidéo).

L’otage lançait un appel pressant à l’ancien président Sarkozy, au peuple français et aux organisations internationales pour intervenir en faveur de leur libération, précisant qu’Al Qaeda leur avait fait savoir qu’elle reste « disposée à négocier » et qu’elle a des « moudjahidines emprisonnés en Mauritanie et au Mali », selon ses propos.

Les autres otages se sont suffit à décliner leurs identités, à saluer leurs familles et à leur demander de ne pas se laisser gagner par le découragement, alors que l’intermédiaire entre la France et AQMI considère cet enregistrement « comme une preuve de vie évidente des otages français ».

L’intermédiaire dans le dossier des otages français détenus au nord Mali par Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) avait déclaré que les négociations à ce sujet « n’avancent pas » en ce qui concerne les travailleurs de la société Areva, pris en otages au Niger par la qatiba de Tarek Ibn Zeyad, ajoutant que les « raisons d’un tel retard ne sont pas convaincantes » et que les  ravisseurs « étaient toujours prêts à discuter », selon son expression.

L’intermédiaire a ajouté qu’un seul obstacle existait pour que ces négociations aboutissent à savoir la condition posée par Al qaeda pour que la France se retire de l’Afghanistan mais que depuis près de six mois, cette condition a été abandonnée par l’Organisation. Et l’intermédiaire d’ajouter : « Un tel désistement se devait d’avoir une répercussion positive sur les négociations mais celles-ci n’ont pas avancé depuis ».

En ce qui concerne les otages pris dans la zone de Boumri, et dont Alqaeda a déjà libéré un homme et une femme, l’intermédiaire déclare qu’après plusieurs tentatives menées à travers une partie tierce, il  a constaté deux choses : L’organisation était prête à traiter (l’enregistrement est une preuve de vie des otages) mais il est apparu que l’autre partie, à savoir l’Etat français, constituait l’obstacle », selon son propos.

Il a expliqué cela en disant que des fois, « il ne trouve pas de réponse de l’Etat français par le biais de la troisième partie à propos des revendications d’Al qaeda ou de l’état d’avancement des négociations. »

Source:Saharamedia

 


Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge