Santé: « Une substance anesthésiante » derrière la mort des enfants à R’kiz

Les enfants qui sont décédés en fin novembre 2012 à R’kiz, suite à une vaccination, ont en effet été injectés par « une substance anesthésiante » et non par le vaccin approprié, ce qui constitue « une faute grave », a reconnu jeudi une enquête remise au gouvernement.


Cette substance, à effet relaxant, agit sur l’ensemble des muscles y compris ceux de l’appareil respiratoire. Sans une assistance respiratoire, elle provoque la mort immédiate, a précisé Mohamed Fadhel Ould Mohamed, membre de la commission d’enquête, à la TVM.

Selon le médecin, « l’auteur de cette grave faute est une dame âgée, analphabète et souffrant de troubles de vision » qui a injecté aux enfants ce produit dangereux « dont la présentation est similaire » à celle du vaccin.

D’ailleurs, « il est bizarre que cette substance se trouve dans un centre de santé à l’intérieur du pays, vu que son usage est strictement interdit sans une assistance respiratoire », a-t-il indiqué.

Ould Mohamed a appelé l’ensemble des acteurs à « prendre au sérieux » les campagnes de vaccination et à assurer la formation du personnel exerçant dans ce domaine.

Source : Alakhbar


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind