Scrutins législatifs et municipaux : Pas de changement de calendrier

Messoud le 23062013-RIMLa question du report des élections législatives et municipales, pourtant sollicitée par une large partie des acteurs politiques, semble tranchée. Mohamed Ould Abdel Aziz aurait marqué son intransigeance sur ce plan lors de l’audience qu’il a accordé il y a deux jours à Messaoud Ould Boulkheïr. Ce qui semble se refléter sur le niveau de préparatifs en cours, avec la deuxième phase des dépôts qui concerne cette fois les listes candidates aux législatives et qui vient de s’ouvrir, quelques jours seulement après la fermeture du dépôt des listes pour les municipales.

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz a catégoriquement refusé toute discussion sur le report des élections législatives et municipales fixées au 23 novembre 2013. C’est ce que plusieurs sources de presse citant des sources proches de la présidence de la République et du parti Alliance Populaire Progressiste (APP) que préside Messaoud Ould Boulkheïr ont rapporté, à l’issue de l’audience que le président Ould Abdel Aziz avait accordé à ce dernier mardi dernier.

Infatigable intermédiaire dans cette crise qui mine la scène politique depuis 2008, le président sortant de l’Assemblée nationale et figure charismatique d’envergure, Ould Boulkheïr, a en effet tenté une ultime fois de convaincre Ould Abdel Aziz sur la nécessité, pour la stabilité intérieure et la crédibilité des futures institutions, d’ouvrir la compétition électorale à l’ensemble des partis politiques du pays. D’après les sources ci-haut citées, non seulement Mohamed Ould Abdel Aziz aurait catégoriquement refusé tout report, mais il a déclaré être revenu sur toutes les concessions qu’il avait accordées à l’opposition au cours de la fameuse rencontre de Néma, « Liqâa Chaab » en août dernier. Il avait en effet promis lors de ce show médiatique largement diffusé, de débattre d’une possible révision du calendrier électoral, d’autoriser la mise en place d’une commission parlementaire chargée de l’audit de la liste électorale et du fichier du recensement biométrique, d’élargir la représentativité au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour que l’opposition y soit représenté et de permettre la mise en place d’un Observatoire national des élections. Par ces réponses sans équivoques, Ould Abdel Aziz a ainsi définitivement mis fin à la mission messianique de Messaoud Ould Boulkheïr et enterré sa fameuse « Initiative » qui fait depuis deux années l’espoir de la classe politique nationale.

Cette même intransigeance sur le calendrier électoral, Ould Abdel Aziz l’aurait répété au président du parti El Wiam, Boïdiel Ould Houmeid, qui forme avec Ould Boulkheïr et Abdessalam Ould Horma de Sawab, la branche dite modérée de l’opposition, celle des dialoguistes de novembre 2011 que certains membres et sympathisants de la COD (Coordination de l’opposition démocratique) considèrent comme des alliés tacites du pouvoir en place. Mais selon des sources de presse citant des proches du parti El Wiam, Ould Houmeid serait venu se plaindre auprès de Ould Abdel Aziz de l’ampleur de la corruption exercée par les éminences grises du parti-état sur l’électorat et les candidats des listes concurrentes. Ces mêmes sources rapportent que le président Ould Abdel Aziz aurait exprimé ses regrets face à de tels agissements, soulignant toutefois qu’il s’agit d’actes marginaux entrepris par certains à l’insu du parti UPR (Union pour la République), car faits sans son aval et qu’il veillera à ce que de telles pratiques n’aient plus lieu.

C’est dans cette foulée que la CENI aurait annoncé des assouplissements qu’elle compte introduire dans quelques jours dans le cadre des réceptions des dossiers de candidature, telle que la non exigence du certificat de nationalité des candidats, une procédure devenue compliquée et longue avec les nouvelles procédures adoptées par l’état-civil. Concernant l’élection municipale, la CENI a procédé en outre déclaré avoir reçu 1132 listes candidates sur l’ensemble du territoire national. L’UPR vient en tête en matière de listes déposées, dans la mesure où le parti-état sera présent dans les 218 circonscriptions électorales du pays. Les Islamistes de Tawassoul viennent en seconde place avec 156 candidats. Les partis de la CAP (Coalition pour une alternance pacifique) sont également bien représentés avec le parti APP qui a présenté 149 candidats, El Wiam 101, Sawab 39. Pour la COD, hormis Tawassoul, l’UFP est présente dans 26 communes. Le parti des Jeunes a pour sa part déposé 96 listes et l’UDP, 62 listes. Il existe aussi plusieurs listes de coalitions, comme celle de Tawassoul et APP en Assaba, El Wiam-APP au Gorgol, UFP-APP au Brakna, El Wiam-Sawab au Trarza…

 

Cheikh Aïdara

 

Source : Lauthentique

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge