Seconde valse diplomatique : La femme doublement comblée !

yammar_ould_bilal_mint_salkaTemps FortsNouakchott a opéré hier dimanche sa seconde valse diplomatique, après une première survenue il y a trois semaines environ, dont les enseignements utiles les plus retenus ont été la cooptation largement saluée de Wagne Abdoulaye à l’Ambassade mauritanienne à Paris.

Une nomination précédée quelques jours auparavant par la désignation d’une nouvelle Ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération chargée des Mauritaniens de l’Etranger en la personne de Mme Tandia Awa.

Des ajustements tactiques dans la politique étrangère nationale qui visent semble-t-il à corriger certains dysfonctionnements structurels notoires, grippant constamment la locomotive diplomatique tournant à son minimum, particulièrement dans les espaces européen et africain.

Des continents qui exigent une diplomatie plus offensive portée par des personnalités chevronnées capables de booster la politique étrangère mauritanienne à l’heure actuelle de son orbite sur un centre de gravité plus extérieur, incarné par la présidence en exercice de la Mauritanie de l’Union Africaine mais également par les grands rendez-vous mondiaux du pouvoir de Nouakchott avec l’ONU, les USA et les puissances européennes prévus au cours de l’année 2014.

La valse d’hier aurait été sans doute routinière comme celles qui interviennent généralement sans susciter l’intérêt de l’opinion, en raison de leur difficile décryptage, effectuée suivant des mobiles subjectifs liés au trafic d’influence et aux autres prismes innombrables propres au pouvoir personnalisé.

En effet, le plus important de ces promotions du dimanche est la cooptation de l’ancienne ministre Mme Salka Mint Bilal Ould Yammar au poste convoité d’Ambassadrice de son pays pour la Suisse, avec comme Résidence Genève. Une nomination qui présente les allures d’un beau cadeau fait par le pouvoir à la gent féminine au moment où cette dernière continue de célébrer la fête du 8 mars appelant à plus de discrimination positive envers le genre.

Une cooptation qui suscite une euphorie doublée chez la femme en raison de son caractère inédit de promotion d’une femme haratine à une si haute fonction, mais également des opportunités à fructifier par la nouvelle Ambassadrice visant à optimiser plus que quiconque sur les tribunes des droits de l’homme de l’ONU à Genève, la visibilité nationale en matière des droits de l’homme et de lutte irréversible contre les disparités entre les composantes de ce pays.

Autrement dit, ce serait plus complexe voir aléatoire de convaincre demain, au moment Ould Mint Yammar se bataille sur les tribunes onusiennes ou occidentales, pour défendre avec verve et fermeté la situation des droits de l’homme de son pays, la communauté internationale de la persistance des pratiques esclavagistes et de discrimination du genre en Mauritanie, quoique l’Etat en reconnait officiellement l’existence de séquelles.

L’autre fait intriguant de cette cooptation, est qu’elle intervient aussi au lendemain de l’annonce du plan 29 portant sur la nouvelle feuille de route mauritano-onusienne visant à assurer à moyen et long termes une éradication progressive et efficace de l’esclavage.

Un plan qui sera défendu en aval à l’intérieur rieur du pays par la Commissariat aux Droits de l’homme et la Commission nationale des Droits de l’homme et en amont par la nouvelle Ambassadrice mauritanienne à Genève, sur laquelle repose sur les épaules avec ces consœurs de Nouakchott (Mint Mhaiham et Mint Abdel Weddoud) l’image des droits de l’homme pour les prochains mois.

Cette combinaison réussira-t-elle ou à créer la dynamique irréversible de pays sans disparités, redorant le blason de la Mauritanie, amenant les Nations Unies à encourager le pays dans sa lutte contre les inégalités pour assurer une justice sociale ? Wait and see.

Md O Md Lemine

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge