Séisme: coupés du monde, les Népalais attendent l’aide

Une fillette apeurée s'agrippe au bras de sa mèreLe bilan continue de s’alourdir au Népal après le tremblement de terre qui frappé le pays samedi 25 avril. Le séisme a fait près de 2 500 morts, selon un bilan encore provisoire. Le pays a connu de nouvelles secousses au lendemain du séisme. Les opérations de secours se poursuivent à Katmandou, mais deviennent de plus en plus désespérées, alors que la situation se dégrade dans la capitale népalaise. Selon les autorités locales, certaines régions sont totalement isolées. La communauté internationale accélère l’envoi d’équipes de secours et du matériel.

Une pluie battante a contraint les secouristes d’abandonner momentanément les recherches à Katmandou dimanche soir, rapporte notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard. La météo prévoit par ailleurs des intempéries pendant les prochaines 48 heures au Népal et dans certaines régions du nord-est de l’Inde. La pluie et les orages ont obligé les autorités népalaises à fermer à nouveau l’aéroport, ce qui rend donc difficile l’envoi de nourriture et de matériel médical. L’armée de l’air indienne a toutefois eu le temps d’envoyer plusieurs avions ce dimanche, avec 43 tonnes de matériels à bord, dont des tentes et de la nourriture.

Plus tôt dans la journée, les opérations de secours, auxquelles participaient de nombreuses organisations humanitaires internationales, avaient été interrompues par une puissante secousse sismique.

Toute la journée, à intervalles réguliers, les secousses ont rappelé aux habitants de Katmandou le terrible cauchemar qu’ils ont vécu la veille. L’une de ces répliques, d’une magnitude de 6,7 sur l’échelle de Richter, a même été ressentie à New Delhi, la capitale indienne, et sur les flancs du Mont Everest.

Des dizaines de milliers d’habitants de Katmandou sont sans abri depuis le séisme de samedi ou ont peur de rentrer chez eux. Beaucoup d’entre eux vont passer une seconde nuit dehors, dans le froid et la pluie. Les hôpitaux sont submergés par le nombre de blessés, et la ville fait face à une pénurie des produits de première nécessité. La plupart des quartiers de la ville n’avaient pas d’eau ni d’électricité dans la soirée. La situation est présumée pire encore dans la zone de l’épicentre, dont on ne connaît pas encore l’ampleur des dégâts.

Dans les rues de la capitale népalaise, les secouristes tentent de fouiller les décombres à la recherche d’éventuels survivants.

Selon les autorités locales, certaines régions sont totalement isolées et il est encore impossible de savoir quelle est l’étendue des dégâts dans l’ensemble du pays.

De nombreux défis à relever

Face à l’étendue du désastre, les autorités népalaises ont fait appel à la solidarité internationale, avec plusieurs défis à relever. Le premier sera d’accéder aux populations sinistrées. De nombreuses routes sont coupées et sur celles qui sont praticables malgré tout, le trafic sera forcément ralenti par les débris qui se trouvent sur la chaussée. Autre difficulté : les coupures de courant et les dommages subis par le réseau téléphonique.

Outre les recherches qui vont se poursuivre dans les décombres, pour tenter de trouver des survivants, l’urgence sera d’aider les hôpitaux de Katmandou à faire face à l’afflux de blessés. Les ONG craignent une pénurie de médicaments et d’eau potable. Enfin, il faudra prendre en charge toutes les personnes dont les logements ont été détruits ou endommagés. De nombreux sinistrés sont obligés de passer la nuit dehors, malgré le froid et la pluie, avec la crainte des nouvelles secousses qui viennent rappeler aux habitants de Katmandou.

La France envoie une équipe

« Une équipe de secouristes part ce dimanche soir directement pour Katmandou, explique Romain Nadal, porte-parole du Quai d’Orsay, avec des personnels spécialisés dans l’aide aux personnes ensevelies, avec du matériel de détection. Cette équipe sera également chargée de procéder à une évaluation des besoins sur place, pour la communauté française, mais aussi pour les autres personnes qui sont affectées par ce séisme, en liaison avec les autorités locales. Nous préparons aussi l’envoi d’un avion de fret humanitaire important lundi ou mardi avec des ONG. Cela se fait en liaison étroite avec le gouvernement népalais qui a officiellement demandé l’aide internationale. Les premiers besoins identifiés sont le déploiement d’équipe de recherche et de sauvetage en milieu urbain, le déploiement d’équipes médicales, la fourniture d’équipements médicaux et de matériels lourds de déblayage et la mise à disposition d’hélicoptères ».

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge